Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

20 avril 2008

39. A quoi penses-tu? (Mimik)

Il faut absolument que je pense à prendre un rendez-vous chez l’ophtalmo, mes lunettes ne sont plus adaptées;  j’ai bien repéré qu’on me regardait de là-haut mais je n’arrive pas à distinguer la personne ni ce qu’elle trafique; d’ailleurs est-ce vraiment moi qu’on regarde? Je n’aime pas trop çà… J’ai l’impression d’être sur une scène de théâtre… Etre vue sans voir, quel drôle de ressenti, ça donne le trac… Pourtant j’aimerais tant monter sur une scène! Non, je ne rêve pas de jouer à la star comme toutes ces gamines qui bavent... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:50 - - Commentaires [3] - Permalien [#]

20 avril 2008

38. Djinn (Antigone)

Il faut absolument que je pense à changer de lieu… Le café-restaurant, dans lequel je me rends, chaque jour, aux environs de midi, devient de plus en plus bruyant, et ELLE ne vient plus. Peu m’importe alors d’observer tous ces gens, leurs assiettes, leurs tasses fumantes, leurs sacs qui bâillent et leurs sales habitudes, si ELLE ne vient plus. Bien sûr, il me reste encore des détails à chiper ici et là, des petits bonheurs discrets, des incongruités dont je tapisserai les cloisons de ma solitude ce soir. Bien sûr. Mais je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:11 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
20 avril 2008

37. Sois Belle et Tais Toi. (Boucle d’Or)

Il faut absolument que je pense à me taire. Juste une heure, ça doit pouvoir se faire. J’y vais, je dis bonjour et je souris, c’est tout ce que l’on attend de moi. Ecouter, être une gentille fille et dire oui oui à tout. Mince !!! Pourquoi c’est si difficile ? C’est que je l’aime mon caractère. Déjà 26 ans qu’il me sauve la vie. Un homme qui a du caractère, on dit qu’il est viril. Une femme qui s’exprime, c’est tout de suite une harpie. Pourquoi je dois me taire déjà ? Ah oui ça me revient... C’est Lui... le chef. Le grand... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
20 avril 2008

36. Pause café (Petits Mots)

Il faut absolument que je pense à lui dire que ce bouquin me plait, que ce n’est pas un bouquin de nanas, que moi j’aime ce que j’y grappille. Elle a cru que je voulais lui faire plaisir en lui empruntant son livre. Elle a cru que je me la jouait genre le gars pas trop borné qui s’ouvre aux autres. Il  me plait ce genre d’écriture, moi, il m’accroche ce plaisir qu’à eu vraisemblablement l’auteure à coucher des mots contre d’autres mots dans un lit d’authenticité. Il faut absolument que je lui dise que le bouquin de cette... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:03 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
19 avril 2008

35. Desserrer les dents (Kaliuccia)

Il faut absolument que je pense à desserrer les dents.  Sereine de l’extérieur, crispée à l’intérieur. Je suis fatiguée de cette image que je donne, paisible et irréelle quand tout en moi s’insurge.  Ravaler mes larmes, forcer mon sourire et serrer les dents.J’envie cette petite fille, ce tête à tête avec sa mère. Que peuvent elles se raconter? Je ne parlais jamais avec ma mère, notre père ne supportait pas qu’une conversation se déroule hors de son contrôle. Il avait bien établi ses règles, il nous était impossible de les... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:55 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
19 avril 2008

34. La crise de… (Clise)

Il faut absolument que je pense à vider mon sacC’est infernal…Même en pleine lumière je ne trouve pasJe ne comprends pasEt cette gamine qui enfile ses lunettes noiresPour cacher ses larmesQuand elle aura fini de vider son sac….Je n’en peux plus….Bravo le repas….  Réussi le tête à tête…Moi aussi je vais taper ma criseD’ado attardéeSi je ne trouve pas ce foutu  portableQui sonne au fond de ma besace.
Posté par Coumarine à 17:28 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 avril 2008

33. La confusion des sentiments.(Charlotte)

Il faut absolument que je pense à lui dire ce que je sais et ce que j’en pense. C ’est trop grave et je ne vais pas laisser passer ça, sans me manifester  d’une façon ou d’une autre, sans lui  faire part de mon profond énervement, que dis-je , de ma ferme désapprobation  et de ma violente jalousie  que je sens mûrement bien gronder en moi. Les faits sont clairs et nets. Et il n’y a pas de circonstances atténuantes. Mais qu’est ce que  je fous ici  à me saouler ? Faut agir, trancher, achever et... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:58 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
19 avril 2008

32. Pérégrinations de sac à main (Louloute)

Il faut vraiment que je pense à m’acheter un nouveau sac à main, celui-ci n’est réellement pas pratique.  Non seulement il est encombrant, mais en plus il ne dispose que d’un seul espace de rangement, ce qui ne permet pas de classer de façon efficace tout ce qu’il est supposé contenir. Même sa couleur commence à m’exaspérer. Le noir serait tout de même plus approprié pour un sac à main, plus distingué et sans aucun doute plus fonctionnel que ce vert! Il me semble avoir lu quelque chose sur le choix d’un sac à main… Où... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:40 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 avril 2008

31. Remparts par Farfalino

"Il faut absolument que je pense à téléphoner au directeur des ressources humaines : je veux continuer à travailler ! Je vais lui asséner quelques vérités : je ramène plus de 10% des ventes, les deux commerciaux embauchés pour me remplacer sont encore des bleus. Je vais cet après-midi rattraper l’important prospect qui n'a pas été convaincu par leur médiocre présentation, cela devrait ramener une commande conséquente et augmenter mon chiffre. Je dois penser d'ailleurs à appeler un de mes amis chez les concurrents pour qu'il me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:55 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 avril 2008

3O. Mea culpa (Noisette)

Il faut absolument que je pense à leur dire que c’est moi qui suis coupable, que vraiment j’ai pas pu résister, que c’était plus fort que moi. Une pulsion qui me prend souvent et je peux pas m’en défaire. Il faut dire qu’elles l’avaient cherché aussi ! Me mettre çà sous le nez toute la matinée c’est pas Dieu possible ! Et puis 4 heures de bureau çà peut être vraiment long…Quand j’y repense : si bien moulé, un parfum enveloppant à damner un saint et cette petite touche de rose tendre, tendre à croquer. Hum mm…çà y est, çà me reprend... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]