Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

15 avril 2008

19. Reverdie (Jujube)

        Il faut absolument que je pense à changer de sac à main. Le mien est vraiment triste à côté de celui de la dame d’à côté.  Sans doute, c’est un choix classique et fonctionnel que ce sac noir, mais à le voir posé sur ma table, un peu affaissé, ramassé sur le contenu confus de tout ce que j’y mets, il semble me dire : « Oui, tu es comme moi, classique, fonctionnelle et un peu affaissée sur ta vie confuse. Toi aussi, tu passes partout sans qu’on te remarque. »      Mon écharpe... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:11 - - Commentaires [8] - Permalien [#]

15 avril 2008

18. Ma bibliothécaire préférée (Claire)

Il faut absolument que je pense à rendre ce livre avant ce soir. Sinon, Elle va encore me faire payer une amende et si ce n'était que çà... Comme d'habitude, elle me fera un grand discours sur le fait que mon retard prive les autres de ce chef-d'oeuvre, qu'en m'inscrivant j'ai accepté de me plier à l'obligation des trois semaines de prêt, que si tout le monde faisait comme moi. Et patati et patata, Elle sera sur son fauteuil derrière sa banque de prêt. Toute puissante, Elle me ramènera à l'état de jeune écolier puni par... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:45 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
15 avril 2008

17. Retour sur le passé (Philippine)

Il faut absolument que je pense à appeler ce garçon avec qui je venais dans ce bar il y a vingt ans ! Il faut absolument que je sache pourquoi il est sorti de ma vie sans un mot, sans une explication.  Nous étions en train de vivre une très belle histoire d’ amour,  il semblait heureux avec moi , et puis, un jour sans crier gare, je n’ ai plus eu aucune nouvelle : plus de coup de fil, plus de visites, plus rien, le néant, comme s’ il n’ avait jamais existé ! Il faut aussi que je me souvienne pourquoi moi, à l’ époque, je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:07 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
14 avril 2008

16. J'en fais tout un plat (Missbizz)

Il faut absolument que je pense à recoudre la fermeture de ce sac… Je vais finir par perdre mon portefeuille ou me le faire piquer dans le métro. Le problème va être de trouver du fil de cette couleur. Vert pomme ! Je ne crois pas avoir ça dans ma cousette. Je passerai à la mercerie après le boulot… Quoique, si ça se trouve, elle sera fermée : j’avais oublié la réunion à 17 heures avec la Comm’. D’ailleurs, ça me fait penser que j’ai oublié de rendre son dossier à Jacques, il va hurler ! C’est vraiment pas mon jour… Et ce plat... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
14 avril 2008

Un papotage en forme de (très) petit coup de gueule

Je voudrais vous demander d'être plus attentifs à respecter la "règle" des 2000 signes...Je sais bien que ce n'est pas évident, quand, entrainés par le bonheur d'écrire, vous dépassez (parfois de loin!) les 2000 signes autorisés. Prenez le temps de cliquer sur "outils" puis sur statistiques et de voir ce que votre texte donne comme longueur. Chaque texte trop long, demande des démarches supplémentaires à l'admin responsable de la quinzaine. (échange de mails etc.) J'ai, par lassitude, laissé passer des textes trop... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:24 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
14 avril 2008

15. Sœurs (Fabeli)

Il faut absolument que je pense à prévenir Muriel pour maman. Oh !Comme d’habitude elle dira que c’est la faute des médicaments ou des toubibs. De toutes façons elle ne veut pas voir la réalité en face. Elle cherche de multiples raisons à la maladie de maman mais refuse de l’accepter. Pourtant cette fois ci elle sera bien obligé de reconnaître que maman ne la reconnaît plus. Il n’est plus question de prénom oublié sous le coup de la fatigue. Non !maman ne reconnaît plus personne. Hier encore elle m’a mise à la porte de sa chambre... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:55 - - Commentaires [13] - Permalien [#]

14 avril 2008

14. Chinoiseries (Joe Krapov)

- Il faut absolument que je pense à te raconter la dernière de Gosier-Darmagnac!- Maman ! Tes histoires de boulot, tu sais bien que ça me barbe ! Pfff ! Etpourquoi on s’est mises dans ce coin, je ne peux même pas zyeuter le mignonpetit Chinois à gapette d’ici. Et je vais sentir la frite tout l’après-midi !- Son retour en grâce n’aura pas duré longtemps à celui-là ! Le voilà de nouveautricard à cause de la femme du Président !- Ah bon ? Vous avez des histoires de cul, maintenant, au turbin ?- C’est lui qui était chargé de suivre la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:50 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
13 avril 2008

13. Avant de partir (l'Arpenteur d'étoiles)

Il faut absolument que je pense à quitter définitivement ce monde.Pourtant, je suis encore là, en face de lui, lovée dans son manteau, dans sa chaleur que je ne sens plus, dans son parfum que je ne respire plus. Cet homme fut toute ma vie, cet homme désormais solitaire. Nous nous sommes connus à l'âge de la petite, là à sa droite. J'avais des nattes et une jupe plissée. Lui des culottes courtes, les genoux couronnés et des épis plein les cheveux. Mais un regard clair et espiègle. Il a pris ma main et ne l'a plus quittée. Durant... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:37 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
13 avril 2008

12. Un petit air de flûte (seb Arjo)

       Il faut absolument que je pense à m'arrêter à la boulangerie. Acheter une petite flûte. Ou deux. Il faut bien ça. Baguettes magiques orchestrant la petite symphonie de l'oeuf à la coque. Découpées délicatement en bâtonnets, les voilà mouillettes prêtes à se noyer dans l'ocre tiède. Pinceaux du gourmet sur sa palette. Sous son palais.        Le vendredi c'est sacré. Oeuf à la coque ou galette de blé noir. Le tout après une bonne séance de cinéma. Et cette semaine, c'est le tour de... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:05 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
13 avril 2008

11. De toute urgence - (imago)

Il faut absolument que je pense à lui dire ; c’est trop important. Ca ne peut pas attendre. Je vais d’ailleurs lui dire tout de suite. Lui téléphoner là, maintenant. Oui, lui téléphoner.... Non, pas ici. Ce serait mal vu, impoli, inconvenant. Ca va les gêner tous ces braves gens qui déjeunent tranquillement. Et qui vont tout entendre. Quand c’est quelqu’un d’autre qui  m’inflige une conversation personnelle, je fulmine et le foudroie du regard. Alors, je ne vais pas en faire autant… C’est pourtant important. Je voudrais... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:41 - - Commentaires [9] - Permalien [#]