Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

03 mars 2008

Communiqué de presse

Une info qui me rend très heureuse... A lire sur mon blog A mercredi soir pour la consigne 65...
Posté par Coumarine à 18:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 mars 2008

43. Ainsi va la vie, tantôt elle chante, tantôt elle pleure (rsylvie)

Il n’en a parlé à personne.Pourtant ce n’était pas faute d’y penser.De toute façon, comment pouvait-il oublier ?Il le portait toujours sur lui.Enfin, plutôt dans ce qui lui servait de portefeuille etQu’il glissait machinalement chaque matin, dans la poche intérieure de son veston,cette vieille fripe aux couleurs passées par le temps, aux chaudes couleurs noisette. Qui tranchaient tellement avec le givre de ses yeux bleu acier.Froids, comme la lame du couteau qui lui avait transpercé le cœurce triste soir d’hiver, où elle lui avait dit... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
02 mars 2008

42. Intermède (Kloelle)

Il n'en a parlé à personne. Jamais. C'était l'été, une fin de journée orageuse en fragile équilibre entre pluie et lumière, un intervalle prisonnier d'une clarté laiteuse et aérienne. Un vent vif avait décroché la corde à linge et elles étaient étendues, à peine froissées sur l'herbe humide. Clara et Albertine étaient encore sur les routes, alors il s'était approché pour les ramasser. Son regard avait caressé le tissu jaune, si souple, si léger avec ses petites dentelles finement crochetées. Il avait rapidement porté le jupon contre... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 mars 2008

41. 19h15 (BlueG)

Il n'en a parlé à personne, pourtant il sent que ça frappe dans sa poitrine. Laisser sortir quelques mots, pour partager, rien de plus.Sept jours maintenant que tout a changé, qu'il... bref. Il ne veut pas tellement que ça se sache en même temps. Ça n'avancerait à rien, si ce n'est à l'enfoncer un peu plus dans la honte. Se regarder dans le miroir n'est plus chose aisée, mais s'il fallait qu'il croise la pitié dans le regard des êtres chers à chaque encadrement de porte il n'y tiendrait plus.Il sort du bureau l'œil vide et la mine... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
02 mars 2008

40. La Géante Rouge. (Jujube)

Il n’en a parlé à personne.Heureusement.Mais il sait. Jean-Paul Tergal est un garçon effacé, intégré dans une équipe d’astrophysiciens de pointe. La recherche le passionne, il passe tout son temps dans le labo et les observatoires pour anticiper la fin du système solaire, la fin de la planète Terre, et la monstrueuse transformation du soleil en Géante Rouge dévorant toute vie dans son expansion brûlante et gazeuse, dans sa suprême toute puissance incandescente et volatile. Jean Claude s’efface  dans ces... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 mars 2008

39. Découverte (Lomemor)

Il n’en a parlé à personne,il a juste dit : "merci Le chat !".Et puis il est parti à la découverte, il a lu, beaucoup comme pour étancher une soif insatiable. Il a apprécié les saveurs, les goûts, les tons. Il s’est trouvé là dans son élément, des mots qui s’enchainent pour former des idées, des ambiances, toutes différentes, délicates, raffinées, subtiles ou brutales et glauques mais toujours généreuses. Pour lui, c’est une opiumerie, une grande foire aux stupéfiants, ces yeux ne quittent plus l’écran, il joue de la souris... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

01 mars 2008

38. Dans l'azur d'un ciel indifférent (Pati)

Il n'en a parlé à personne.Il s'est assis sur le banc, à l'ombre des oliviers centenaires.Il a rectifié le nœud de sa cravate à pois et a perdu son regard glacier dans l'azur d'un ciel indifférent.Son visage n'a laissé nul émoi transparaitre. Juste assis là, à l'ombre des oliviers séculaires, il a laissé sa vie couler hors de sa mémoire, l'a étalée devant lui.Il l'a bue encore et encore, la lie de sa vie. À s'en saouler de désespoir.Rien n'est venu percer cette terrible solitude. Même les oiseaux ont stoppé leur chahut et l'ont sevré... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
01 mars 2008

37. A son sang (Iconic Popup)

Il n'en a parlé à personneMon son visage le hurlaitLa couleur de sa peauLa lumière de ses yeuxComme des appels de pharesBalises magnétiquesAimantées pathétiques Je suis làJe suis làRegardez moiC'est moiC'est moi qui ai fait ça Elle gisait dans son sangIl était là deboutLes mains tachéesLe regard perduDevant son corps disloqué Attendant qu'on l'abatteQu'on l'empêche de nuireQu'on l'arrêteQue plus jamais ça le reprenneMais les passants passaientEt personne n'écoutait son silence
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
01 mars 2008

36. Tracas. (Bob2bob)

Il n'en a parlé à personne. Il est sorti du centre d'étude avec son secret. Avec cette découverte qui allait définitivement éradiquer la maladie sous toute ces formes. Une vie entière de recherche sur l'immunité cellulaire autonome. Il pourrait même guérir Dieu. Le cas échéant. Le cœur léger il réfléchissait tout en marchant à ce qu'il allait manger ce soir, il avait encore le boudin noir de ce midi sur l'estomac. Peut-être un peu de jambon avec de la purée. Oui voilà, une bonne purée jambon et au lit, demain serait un grand jour. ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
29 février 2008

35. CRI ( Bruyère)

Il n'en a parlé à personne.En lui désormais cette sorte de silence.Au bout du visage il se tait.La tête se creuse.A l'intérieur l'image tatouée jusqu'au sang: ce cri muet dans ce qu'il reste d'os et de peau.Et cela résonne comme coup de poing.Les mots cariés explosent dans sa bouche.Les yeux brûlés de sel.Replié.A l'écoute du cri.
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]