Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

12 novembre 2007

L’annonce (Caro)

    Tante Babette prend une profonde inspiration et pousse la porte vitrée. Une jeune vendeuse se tourne vers elle. Babette rougit, elle se sent ridicule. « Vous désirez? Les sablés sont en promotion. » Elle s’arme de courage « Je viens pour l’annonce. » L’autre hausse les épaules et lui désigne un bureau au fond d’un couloir.   Encore un effort. Trois coups secs. De l’autre côté, on raccroche brusquement le téléphone. « Entrez !». Un regard perçant la dévisage. Elle fait un pas en avant et... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

11 novembre 2007

Les gourmandises de la dernière chance ! ( Philippine )

Tante Babette prit une profonde inspiration, il y a des moments dans la vie où on ne peut plus reculer, c’ est presque une question de vie ou de mort ! Cela faisait plus d’ une demi-heure qu’ elle piétinait en bas de cette maison de maître, ira, ira pas, elle avait fait demi-tour et puis elle était revenue et elle n’ arrivait toujours pas à toquer à la lourde porte de chêne. Et si elle se trompait, si elle échouait, si elle se retrouvait criblée de dettes… Ses joues étaient en feu, elle avait l’ impression que plus aucun son... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:20 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Susucre (Monsieur Lepage)

Tante Babette prit une profonde inspiration, humant le café réchauffé.- ET IL VOUDRAIT PAS DES BISCUITS MON GALOPIOT HEIN ?Elle revint de la cuisine portant un plateau avec les tasses pour les grands, un verre de sirop pour moi, et une assiette jaunasse où gisaient quelques méchants bouts de biscuits rassis. Elle me pinça la joue vigoureusement.- IL AIME ÇA HEIN, MON GAMIN !Chez ma tante Babette, le volume n'était pas réglé sur la distance. Il n'était pas réglé. Je la regardai, le sourire figé sur mes lèvres, le visage ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:35 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
11 novembre 2007

un souvenir de cendre (Pati)

Tante Babette prit une longue inspiration et regarda la photo. Biscuits dorés et jaunes soleil, fleurant son automne, elle avait sous les yeux une facette de son passé.Des années qu'elle refusait à ses souvenirs le droit à son présent. Mais pourquoi lutter, au fond ? Il était temps de faire la paix avec elle-même, avec sa vie et son cortège de rêves déchus. Par flemme parfois. Plus souvent par peur.Elle avait toujours eu peur, n’avait jamais osé. Osé quoi, vaste question. Elle n'en savait rien. C'était juste un sentiment d'inaction,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 10:30 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
11 novembre 2007

Un dernier rêve (et puis s'en vont) (Jay)

Tante Babette prit une profonde inspiration… et expira quand son doigt eut appuyé sur le déclencheur.«Ça fera un souvenir», dit-elle à Oncle Léo. Celui-ci sourit, si fier de sa femme. Après tant d’années, de remises en question, ils l’avaient leur boutique! Là, devant leurs yeux embués. Ils venaient de lever le rideau de fer et avaient mis tout leur cœur à présenter les biscuits de la plus jolie des façons. Soudain, un doute assaillit Léo. «Cette boite n’est-elle pas dans le mauvais sens? Et es-tu sure qu’il faille... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:24 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 novembre 2007

Babette rattrape les blancs (Gino Gordon)

------------------------ Tante Babette prit une profonde inspiration et ouvrit la bouche. L'assemblée familiale était suspendue à ses lèvres, mais rien ne sortit. Il y eut des regards affolés. On conjura, après moult palabres et hypothèses, que Tante Babette avait certainement oublié son texte chez le petit marchand de biscuit du marché couvert. On dépêcha un domestique pour lui rapporter son discours, mais il revint bredouille. Il avait bien cherché le petit papier dans la pile de biscuits mais devant la menace sismique... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:10 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

10 novembre 2007

Tante Bette (Arthur Hidden)

 Tante Bette prit une profonde inspiration. Il lui en fallait du courage pour entrer dans la pâtisserie du chef-lieu tenue par un compagnon de chasse de ses frères et où tout le monde la connaissait. Elle, la fille cadette un peu zinzin de cette famille bourgeoise imprégnée des idées antisémites de Maurras. Elle qui était partie au grand dam de sa famille, deux ans après la fin de la guerre de quatorze, vivre quelques mois avec une sorte de saltimbanque. Elle qui, toute honte bue, était revenue, plus maigre qu’un... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
10 novembre 2007

Langues de chats: (melle e.)

"Tante Babette prit une profonde inspiration". Il fallait quelle reste calme, malgré ces trois filous, plantés devant elle, se léchant les babines, le ventre gros de leur festin. Il fallait quelle reste calme, déjà, les palpitations apparaissaient, les sueurs dégoulinaient, la tête tambourinait. Chocolat, Caramel et Vanille, les trois chats de la voisine, achevaient de s'empiffrer des gâteaux qu'elle venaient de préparer pour la foire du lendemain. Ils n'en étaient pas à leur première. Et pour ses nerfs fragiles, ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:57 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
10 novembre 2007

Partir au bout du monde....(pourquoi pas)

Tante Babette prit une profonde inspiration. Je la trouvai encore plus jolie qu’à son habitude, ses yeux pétillaient et son teint rosissait sous le coup d’une   émotion dont nous n’allions pas tarder à connaître la cause ;« Voilà mes chéris, j’ai une grande nouvelle à vous annoncer ! – Je m’en vais ! »-« Tu t’en vas ? »  D’ une même voix nous explosions d’incrédulité.- « Oui, je m’en vais ! Je pars au bout du monde, de l’autre côté de la terre. Ne soyez pas tristes, ce n’est pas vous que je fuis, c’est toute cette... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:19 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
09 novembre 2007

Des sablés inoubliables. (matarjeu)

Tante Babette prit une profonde inspiration : - Allons, ne te mets pas dans cet état-là. Tu es jeune, ça arrive de commettre un faux pas. Tu t’es fait prendre, tu t’es fait gronder, mais tu as rendu la plaquette de chocolat et le commerçant ne dira rien à tes parents. Il en voit bien d’autres, des vols. Moi-même, dans ma jeunesse… - Toi, Tantine ! - Eh oui, moi aussi, j’ai commis quelques petits larcins… Je me souviens, j’avais douze, peut-être treize ans… ton âge à peu près. Chaque jour en sortant de l’école je passais... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:13 - - Commentaires [13] - Permalien [#]