Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

31 octobre 2007

Consigne 57

Moins de participations pour la consigne 56 (44 seulement!) Etait-elle plus difficile? C'est possible...Mais d'habitude, vous ne reculez devant aucune difficulté, non? Voici déjà la consigne suivante: la consigne 57 Une photo... Photo de Coumarine l'incipit: "Tante Babette prit une profonde inspiration"' Ceci est le début d'une nouvelle de Rilke qui s'intitule "L'anniversaire"  (en folio 2€) Les textes sont à envoyer à Pivoine pour cette quinzaine: ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:20 - - Commentaires [9] - Permalien [#]

31 octobre 2007

44. Vertige par Farfalino

Mauvaise surprise ! Le quai est noir de monde. Les panneaux d'information sont aussi éteints que la foule des passagers sagement agglutinés attendant leur sort, par habitude, par résignation. La fin de journée véhicule les remugles animaux des humains inanimés mélangés aux effluves froids des pneus d'un métro absent. Je rejoints les autres, je prends ma place dans ce troupeau tranquille. Attendre. Je n'ai pas le choix. Que faire d’autre ? Remonter à la surface, pour s''exposer à un air vicié par trois siècles de révolution... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:49 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
30 octobre 2007

43. Rendez-vous (Caro)

  Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde. Trois jours de grève déjà! Prunelle et moi bossons comme des forcenées sur le projet de l’année: 30 pages qui font vivre l’agence. En tout cas, le contact avec ces dizaines de corps me réveille aussi efficacement que mon deuxième café, celui que je prends au bureau. Je débranche mon mp3. J’écoute, l’attente a délié les langues. Un complet-cravate parle d’objectifs qui ne seront pas atteints et de prime supprimée. Une femme s’enflamme, il faut bien être ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
29 octobre 2007

42. Arrêt « Babel » (Sodebelle)

 Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde. Elle ne veut pas être vue, pas reconnue, pas ce matin. Elle met ses lunettes de soleil et s’enveloppe dans la longue cape qui dissimule sa mini robe noire. Elle est entraînée par la foule, ses hauts talons lui écorchent les pieds, elle les enlève et le regrette aussitôt. Impuissante, elle pleure derrière ses lunettes-masque et son mascara coule en larmes sales sur ses joues blanches.   Blanche comme la nuit qu’elle vient de passer.   ... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 15:36 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
28 octobre 2007

41. Urbainement incorrect (Claire)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde.Tu n'aimes pas cette intimité froide. Serrés, collés, collés-serrés, les corps les uns contre les autres, les regards se fuient. Tu ne comprends pas pourquoi de tels regards de poissons morts.Pas un sourire même avec une excuse. Les regards se détournent. Les corps assis l'un près de l'autre se touchent et se repoussent à la fois.Toi, tu es curieuse ; curieuse des visages, des tenues, des attitudes. Ton regard cherche les photos que tu pourrais prendre.Ton regard croise... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:10 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
28 octobre 2007

40. Trafic interrompu (Cassandrali)

  Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde.  Comment faire pour se faufiler dans cette foule si dense ? Jamais ils ne me laisseront passer, ils ont trop peur de perdre leur place !  Au secours, à l’aide… Aidez-moi…  Autour de moi, il n’y a plus personne. Comme par enchantement, ils ont tous disparu.  Une main se posant sur mon épaule me fait sursauter.  - Madame… Vous allez bien ? Vous êtes toute pâle & en sueur.  - Monsieur l’agent, y’a un type qui me poursuit depuis... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

28 octobre 2007

39. Métro-guidage (Christine)

  Mauvaise surprise, le métro est noir de monde. Elle vient d’arriver à Paris, gare de Lyon. Elle n’a pas l’habitude du métro et est surprise par cette foule qui s’amasse silencieusement sur les quais. Elle sent cette odeur de renfermé. Chaque individu dégage une odeur qui se mêle aux autres. Elle ressent aussi ce courant d’air sous-terrain qui augmente son stress. Elle est comme perdue dans cette foule qui ne s’aperçoit même pas de sa présence. Elle se demande pourquoi elle a accepté ce rendez-vous à cet endroit. Il aurait été... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 13:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2007

38. De 6 à 7 (Charlotte)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde. Bonjour … il est 6 heures... Des dégâts et des embouteillages partout…  Coté météo : il fait et fera  noir toute la journée. Coté cœur :Nicolas et Cécilia divorcent pour la deuxième fois. Décidément, c’est pas son jour à la France! Je ne vais pas y aller. Retourner encore un peu dans ma nuit et mon rêve raconté de moi à moi. Bonne nouvelle :Je suis  amoureuse… Alors qu’il pleuve, neige ou  vente, que le métro soit noir de monde,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2007

37. Oubli (Jujube)

  Mauvaise surprise, la station est noire de monde. Fatou n’avait pas prévu cette foule qui se presse dans le hall de la toute nouvelle station Bofil, au pied des immeubles de la Défense, tous ces visages tendus vers les hauteurs du grand dôme qu’escaladent des verrières sophistiquées ; ils guettent les mouvements alternés de leur paupières métalliques qui filtrent air et lumière au gré du soleil et des nuages, coulissant silencieusement de côté, de biais, de haut en bas, dociles au caprices du temps. Comme tous... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:38 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 octobre 2007

36. Sous terre (Chrysalide)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde. Le pied sur la dernière marche de l'escalier, elle hésite: remonter à l'air libre, ou affronter la foule compacte. Elle opterait volontiers pour la première solution, et de loin, mais elle s'est promis d'aller acheter ces rideaux jaunes destinés à ensoleiller son minuscule studio. Elle humecte ses lèvres soudain devenues sèches, serre convulsivement ses clés dans la poche droite de son blouson, avance une jambe, puis l'autre. Encore un pas, et la voilà cernée par ces êtres... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:40 - - Commentaires [5] - Permalien [#]