Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

16 octobre 2007

Un pas... du tout ! ( Ello4vents )

Il aura fallu cinq ans. Cinq longues années de patience, de départs et de retrouvailles, cheminement l'un vers l'autre. Cinq belles années d'amour. Merveilleuses et terribles quand on n'a plus vingt ans. Mais ils y sont parvenus. Ils sont réunis et plus rien ne pourra les séparer. Les amis sont là pour célébrer ce moment. Les amis d'aujourd'hui, ceux de leurs années de traverse. Il a tout prévu. Pour qu'ils n'oublient jamais ce jour. Pour qu'elle ne puisse pas oublier. Il la connaît. Il sait les effilochements de sa mémoire, ses... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

16 octobre 2007

Le gagnant (Janeczka)

Les trois finalistes se tenaient en bas du vieil escalier de pierre. Dans quelques instants, il serait décidé de qui remporterait la maison qui se trouvait devant eux. Du haut de ce vieil escalier de pierre, le juge les jaugea d’un oeil malicieux. - Tout d’abord, bravo d’être arrivé jusqu’ici. Je vois que vous desirez vraiment cette maison. Mais il faut la mériter. Sachez qu’une fois acquise, vous devrez y vivre sans luxe ni luxure. Le premier candidat fit un pas en arrière. Tout ça n’était pas pour lui. - Il vous faudra aussi... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
16 octobre 2007

la clef du passé (Fabeli)

Simon défit les boutons de son par-dessus et avança dans le couloir.Son père avait entendu le bruit de la porte d’entrée. -J’arrive ! Lança t-il du haut de l’escalier. Je ne te propose pas un café, tout est rangé. Simon entra dans la cuisine d’un pas lent, et en fit le tour. Posant les yeux sur la table patinée par le temps, il retrouva l’émotion des petits déjeuners familiaux. Cinq à table, sans compter sa mère qui avait pris plus tôt son café, afin de pouvoir ensuite s’occuper de chacun. Ici, son père, attablé devant... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
15 octobre 2007

Transmission (Iconic Popup)

Le beau soleil levant bercé par l'aquilonDo ré mi fa, silence, et porté dans le ton A dos d'âne en montant l'escalier du balcon L'ado seul en sifflant l'indéniable chansonDominait de son chant les blés de la moisson La porte a des piliers coiffés de deux aiglonsLe dôme a des serpents gravés sur le fronton L'ado tendit la main vibrante d'émotion Et la belle Dona, pieds nus sur le bétonDonna solennellement les clefs de la maison
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
15 octobre 2007

La lettre ( Cédric )

« Tenez » fit-il en lui tendant un papier. Surprise, elle me fit signe ; je m’assis près d’elle et, devinant un frisson, lui pris la main.« Lis avec moi. » Nous lûmes en silence, dans l’intemporalité de cette étude notariale, une lettre manuscrite. 17 janvier 1940 Marion, Tu n’existes que depuis quelques jours mais voici le destin qui déjà m’oblige à partir loin de toi. Je sentis une émotion nous gagner, sa main serra davantage la mienne, mon cœur se mit à battre plus fort. Cruel destin que le tien, mon enfant... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
15 octobre 2007

et enfin :

à venir, les derniers textes de cette consigne, qui nous amèneront aux portes de la suivante, mercredi : Cédric Iconic Popup Fabeli Janeckza Ello4vents Charlotte Philippine (si elle parvient à réduire son texte à temps :)) ) Largo et je terminerai par le texte de Cassymary, volontairement parce que... enfin vous verrez :)
Posté par patitouille à 16:24 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

15 octobre 2007

Il s'appelait John... (uhsn)

Nous n’étions pas des anges, certes, mais sans être pour autant de mauvais bougres. Une bande de sales gosses, avec une rageuse envie de vivre, voilà tout ce que nous étions. Rien de bien méchant. Cette bande était à nos yeux d’enfants une famille, celle qui manquait à nos vies froides de pensionnaires. John, lui, n’avait pas douze ans, mais sa maturité et son obstination à ne jamais baisser les yeux, quoiqu’il arrive, avait fait de lui notre chef. Je ne sais si les autres pensaient comme moi, mais j’admirais... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
15 octobre 2007

Le jardin du souvenir (Cassandrali)

Je me sens bien, envahie par une exquise sensation de liberté, de bien être, de quiétude…Longtemps je me suis demandée ce qu’il adviendrait de moi le jour où…Je n’y songe plus. Je n’en sais pas plus mais mon état de plénitude me libère de toutes craintes quand à ma destinée. Désinvolte, je me sens flotter dans les airs.Longtemps j’ai hésité sur le chemin à emprunter le jour où…Quelle serait ma destination finale. De la poussière devenue au fil d’un temps trop long, enfermée à tout jamais, j’ai espéré d’autres horizons. J’ai choisi…Au... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
14 octobre 2007

Mathilde sur les quais. (Souliers Vernis)

Ils se promenaient sur les quais. Mathilde se laissait embrasser par la lumière, dorée en cette soirée d'automne. Son fils Jules marchait à ses côtés. En silence. C'était un endroit cher à Mathilde. Elle y venait souvent, depuis l'enfance. Un sourire venait sur ses lèvres à mesure qu'elle laissait remonter les souvenirs. Cinq ans, son père, les jeux de ballon. Dix ans, un vélo rouge, des dérapages et les genoux écorchés. Vingt ans, les soirées au bord de l'eau avec ses amis, pour la plupart perdus de vue aujourd'hui. Trente ans,... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
14 octobre 2007

Mélancolie (Virgul)

Cela faisait longtemps qu'elle se tenait immobile au sommet de l'ouvrage, presque hypnotisée par le jeu des feuilles mortes emportées par le vent. La hauteur de l'escalier laissait deviner la profondeur du canal, et en plus des barges, des bateaux d'un certain tonnage ont du aussi l'emprunter. Elle imagine les gestes et les cris des marins débarquant leur cargaison, les tonneaux et les ballots qui s'entassent sur le quai, elle sent même le parfum des épices, mélangé à ceux de la saumure et du poisson séché. Puis le bateau allégé qui... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]