Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

22 juin 2007

AVISSE A LA POPULATION (Papistache)

Avisse à la populationtout chien qui pisse lève la cuisseTout chien qui pète lève la tête !Non, c'était pas ça qu'i disait mon grand-père.Avisse à la populationtout chien qui pisse lève la cuisseTout chien qui pète lève la fesse !Oui, mon grand-père i'terminait par fesse.Avisse à la populationtout chien qui pisse lève la cuisseTout chien qu'on tient en laisse lève la fesse !Non, ça n'a aucun rapport. La laisse ! La fesse !Avisse à la populationtout chien qui pisse lève la cuisseBon ça, c'est bon ! Je garde.Tout chien qui... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:30 - Commentaires [21] - Permalien [#]

22 juin 2007

P’tit con (Christine 2)

« Petit con je vais t’apprendre les bonnes manières » disait ce vieux monsieur constipé en levant son doigt en l’air hochant la tête, le regard courroucé, vilipendant des gamins très mal élevés. Tout ça à cause d’une cigarette. Un petit morveux de treize ans ayant demandé une clope à une fille, laquelle l’avait vertement envoyé balader. Ce sale môme vexé de s’être essuyé un refus balançait des grossièretés. « Ecoute-moi bien petit con, que j’te raconte un peu. De mon temps quand on allait à l’école, on mettait les mains à plat... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 juin 2007

Consigne 49

Bonsoir à tous Nous voilà déjà à la consigne 49...pour la n° 50, promis on fait la fête!!! Pour cette consigne, je varie un peu les plaisirs, voyez plutôt: Voici une photo, prise un jour de promenade à l'entrée des Galeries Saint Hubert à Bruxelles...Il s'agit non pas d'une statue comme on pourrait le croire à première vue, mais d'un automate, qui faisait peur aux enfants d'ailleurs car soudainement il changeait de position, bougeait la tête ou les doigts... Photo de Coumarine Je vous demande d'imaginer la leçon... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 22:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
20 juin 2007

Le blues du GPS (Ex Nihilo)

- "Excuse-moi, c'est une erreur". La voix suave de mon GPS interactif dernier cri vient de raisonner dans mon oreillette Bluetooth tandis que je m'engouffre dans le mauvais tunnel. - "Comment ça une erreur ? Tu es censé me guider, bon dieu !"- "Désolé, cette déviation n'était pas programmée."- "Mais je suis en train de repartir en sens inverse !"- "La prochaine bifurcation est à 20 kms. Merci de rester sur la voie de droite." - "20 kms ! Mais je dois être à la gare dans une... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 20:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 juin 2007

Regards (Kloelle)

Je suis née de ton regard.Un regard noir sur une peau blanche. « Excusez-moi. C’est une erreur »« EXCUSEZ –MOI. C’EST UNE ERREUR » C’est vrai, je l’ai crié à la face du monde. C’est vrai, je me suis soumise à leurs regards de mépris et de haine.C’est vrai, j’ai laissé leurs principes nauséeux façonner le nid de nos amours suicidés. La lâcheté est un poison… Le genre de poison dont on meurt un jour… Sans doute même un peu chaque jour. « Excuse-moi. C’était une erreur »Mon amour, regarde moi et excuse-moi, c’est une erreur…
Posté par Coumarine à 10:15 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 juin 2007

Un accès d'honnêteté (science?-fiction) (Jay)

"Excusez-moi, c’est une erreur"J’ai raccroché, je n’ai pas osé. Le fait d’entendre sa voix m’a faitreculer. Oh et puis si, la vérité, rien que la vérité, toujours la vérité.Je recompose le numéro. "Excusez-moi à nouveau, je viens de vous appeler, ce n’était pas une erreur.Vous allez comprendre. Je m’appelle Julie et je suis la maîtresse de votremari. Je vous laisse reprendre votre souffle, mais ne raccrochez pas, s’ilvous plait, ce que je fais est suffisamment difficile. Vous allezcomprendre. Laissez-moi vous... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:04 - - Commentaires [16] - Permalien [#]

19 juin 2007

Liaison déraisonnable - (Cassandrali)

Excuse-moi, c’est une erreur…C’était une erreur d’y croire…Une belle erreur. De celles que l’on fait lorsqu’on est jeune, qu’on agit spontanément, sans réfléchir. Je te convoitais et j’aurais tout fait pour assouvir mon désir, quel qu’en soit le prix.Seulement, je n’avais pas songé aux conséquences de mes actes…Depuis le premier jour, je n’ai cessé de penser à toi. Tu étais une obsession. Du matin jusqu’au soir, mon esprit était prisonnier de ton sourire, de ton regard, obnubilé par ton corps.Je m’imaginais dans tes bras, je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:41 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 juin 2007

La Sainte Nitouche (Sodebelle)

« Excuse-moi, c’est une erreur ou tu l’as fait exprès ? Parce que là, c’est pas du tout ce que je voulais, mais alors là, pas du tout, tu m’entends ? Oui, oui, cause toujours ma poupée. Pour commencer, je n’ai pas demandé du noir et blanc. Ca ne donne rien un Noir en noir et une Blanche en blanc ! Ca fait gris. Gris foncé et gris clair : ça fait hiver, ça fait triste, ça fait froid dans le dos … Je veux des gens de couleur, de toutes les couleurs : des jaunes, des rouges, des roses, des violets, des bleus, des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:34 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
18 juin 2007

Film en noir et blanc (melle e.)

J’aime ce film en noir et blanc. Éphémère, chaque soir, une version inédite. Mais c’est le film de lui et de moi, de lui sur moi et vous ne le verrez pas. Je ne vous raconterai pas le désir qui monte en moi, quand il s’allonge à mes côtés, qu’il me regarde et m’embrasse. Une main sous sa nuque, une main sur ma fesse. Vous ne saurez rien de nos préliminaires enflammés, où nos bouches et nos mains, s’en mêlent, se mêlent. Vous n’entendrez pas les frissons, montant de chaque partie de mon corps, redécouverte sous ses caresses.... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:24 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
18 juin 2007

Incandescences (Farfalino)

« Excusez-moi c’est une erreur de penser cela de nous.Notre rencontre était un tendre et délicieux voyage vers  un monde que nous avons construit, loin de nos rudes existences, loin des lourdes entraves  dont vous aviez la clef. Une brève parenthèse de douceur et d’amour, dans un nécessaire secret par crainte de votre courroux. Elle m’a appris les lettres, je lui ai appris la poésie des sages, nous avons appris l’amour.Dans l’obscurité, nos corps emmêlés avaient la même couleur, nos âmes dansaient  dans l’incandescence... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:23 - - Commentaires [11] - Permalien [#]