Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

29 mars 2008

10. S.T.M.L. / L.M.V.M. (Pivoine Blanche)

"/C'est bizarre, depuis que je ne travaille plus, je me sens de plus en plus fatigué./""Ah! C'est bizarre, moi, depuis que je ne travaille plus, je me sens de moins en moins fatigué. Pourquoi es-tu fatigué, toi ?""Eh bien, j'en ai marre de mes 4 murs...""Et au bureau, tu n'étais pas entre 4 murs ?""Si""Et au bureau, tu pouvais sortir à 14h45 manger une glace?""Non""Et au bureau, tu pouvais rester des heures à jouer au mah-jong sur internet?""Non, bien... [Lire la suite]
Posté par Vertumne à 17:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

28 février 2008

31. Les nuits blanches de l'art moderne (Pivoine)

"Il n'en a parlé à personne."Il insiste. Balance du chef. Et du couvre-chef.Comment faire rentrer cette vérité dans le crâne de ces raisonnables?Il écarquille ses yeux d'une cravate à l'autre. "Non. A personne." répète-t-il. Pas de leur secret à tous...De mémoire d'homme peint dans un musée. Ça ne s'est jamais vu.Impossible, pour eux, de se prendre d'amour comme ça, pour deux visiteuses...De leur larguer le secret de folles nuits minuinesques.Pis! De les inviter dans une soirée très privée. "Mwouais.... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
08 octobre 2007

Dies irae (Pivoine Blanche)

"C'était là..."Pense la novice, en silence.Le silence pèse lourd et léger sur toutes les heures de neige. Le silence pèse sur toutes chosesEn Autriche. Nones, mâtines, laudes, psaumes et cantiquesSe dévidentHeures toutes semblablesAu gré du jour. "C'était là..."Au rendez-vous qu'il lui avait fixé.Les pas de Marie glissent, hésitants et troubles,Dans la neige d'hiver. Elle se presseUne buée légère traverse le corsetElle se presseMuette, résolue,Une jolie fille de quinze ansUn air fou, parfois Un regard... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:00 - - Commentaires [15] - Permalien [#]
25 septembre 2007

Rivière en fuite (Pivoine)

« Je lui ai dit de se taire. » Non. Ce n’est pas vrai. Mais je lui aurais bien dit de se taire.« Il était debout devant moi. Lisant ce texte à voix haute. C’était très sexe. C’était très sexuel. »Non pas le texte qu’il lisait, je ne sais même plus ce que c’était. Je lui aurais bien dit de se taire. Il n’avait pas besoin de parler. Nous n’avions pas besoin de parler. Nous n’avions pas besoin de nous parler. Il lisait tout haut, il me semble réentendre les sonorités de sa voix. Calme. Posée. Et j’écrivais silencieusement. Dans cette... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 08:30 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
20 juillet 2007

Solaire en ciel (Pivoine)

La surprise est de taille pour la marchande d’allumettes. Elle vit si petitement, s’accroche à ses bâtons, à son maigre horizon, à ses pierres de bistrot, sa drogue est quotidienne, et c’est de la misère. Des cachots souterrains. Facilité pénible. Et puis, voilà qu’il tombe à pieds nus devant elle, il la bouscule, secoue des lauriers-roses, il la saisit, ne la lâche plus, pas question de faire un travail à moitié. La taille de la surprise… La voilà qui s’éveille, elle ouvre un œil, elle allait s’écraser, comme du sang sur la... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:32 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
23 mai 2007

Ti voglio tanto bene (Pivoine)

Il s'appelait comment déjà? Je ne me rappelle plus. Il était petit, brun de peau et noir de poil. Rien pour me plaire. Ou plutôt si, tout pour me plaire. Il était sensible, il était gai, il était triste, je me souviens juste de son prénom, il avait des boucles noires, une voix sympa, et on avait sympathisé. Pourquoi, comment, aucune idée. Ca se passait quelque part, en Italie, loin, très loin, au sud de Naples. A mi-chemin entre ma civilisation et la Grande Grèce. Nous campions sous les oliviers, la mer était glaciale, les nuits... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 12:26 - - Commentaires [4] - Permalien [#]

31 mars 2007

Il n'y a rien à comprendre (Pivoine Blanche)

ALFRED: J'ai presque une heure d'avance.ST PIERRE: Oui, je sais, mais patientez, Dieu est occupé. ALFRED: Et son fils?ST PIERRE (énigmatique): Il fait le ménage, là-bas, quelque part où vous avez encore tué des gens.ALFRED (se rengorgeant): Oui, sur terre, c'était ma spécialité. Mais ce n'était pas pour du vrai, vous savez, c'était virtuel... ST PIERRE: Virtuel? Vous rigolez? Psychose, c'était virtuel, ça ? Marie ne s'en est pas remise... Dieu a dû lui payer une psychothérapie. Elle avait des TOC la pauvre, à chaque Motel, elle... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
09 février 2007

Maximus (Pivoine Blanche)

Je suis restée une heure environ dans la salle de bains.Carrelage blanc. Carrelage blanc. Carrelage à motif.Beige, or et miel du Sud. Deux fleurs ressemblent à des olives. Motifs géométriques. J'aime bien. J'aime mon bain. Je reste toujours une heure environ dans la salle de bains.Soit je mets des sels de bains de la mer Morte (et je m'imagine, flottant sur une mer sablée, sous un ciel de plomb, caressée par l'air des déserts).Soit je me savonne au lait de coco. Et toute la maison embaume la vanille, les plantes et la noix de coco. ... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 10:00 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
25 janvier 2007

Déclaration sur l'honneur (Pivoine Blanche)

J’ai volé mon âme à un clownJ’ai volé mon âne dans un cirqueLe peuple d’hiver tourne en rondLe con parfait de la circonférenceJe suis le nain difforme et prolifiqueQui mange vos nerfs en ramant du papierJe dévore l’administré petit petit petit !Je vomis des enveloppes de burePar centaines des buissons de centsDes bacs en bois et des bras de bétonJe traque vos malheureuses moellesVos ... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:40 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
21 décembre 2006

Michaëla et la bergère (Pivoine Blanche)

Je crois bien que cette bergère a pris un coup de soleil. Et puis, c'est la préférée de papa. Rouge, rayée, confortable, chaude, je m'y tiens tout entière, pour rêver, attendre, lire, dessiner, compter mes pieds - et mes orteils et faire de petits mélanges: un doigt à gauche, une main à l'envers, un oeil brun, dans la main, des cheveux pâles, mes yeux multicolores que je frotte à mon nez, à mes oreilles. Je me livre à mes essais d'assemblages quand la maison est déserte. Il est plaisant de marcher avec une tête coiffée de bras, de... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:08 - - Commentaires [7] - Permalien [#]