Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

08 septembre 2007

Obsessionnel (Poème de Vie)

« L'horloge indique vingt deux heures trente, mais elle est en avance... » Deux yeux énormes scrutent la ville ou plus exactement la fenêtre en face de ses trous, c’est à dire ma cuisine. Chaque matin quand je me lève et que j’y déguste mon café, je les vois et je les observe. Deux yeux ébahis qui me font penser au regard ahuri de Donald. Quelques cils bien lissés, une larme noire au bord de chaque paupière. Et l’iris qui se déplace de façon imperceptible chaque jour, croyant sans doute que je ne le vois pas. Mon café a... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:50 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

23 avril 2007

A ban ! (Poème de vie)

Et maintenant, ça suffit…. ! Dans sa tête résonnent les cantiques d’autrefois. Leur écho ricoche encore sur chaque colonne de sa cathédrale engloutie. Les réponds chantés et répétés des centaines de fois inscrivent leur lancinante mélodie dans sa chair et ressurgissent à l’improviste ! Culpabilité ou malédiction ? Oui, il avait osé quitter son église, le cœur courageux mais plein d’angoisses tout de même. Peur d’être banni, d’être poursuivi, peur de se perdre dans un monde hostile et pervers ! Mais quand il a levé les yeux, il a vu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:23 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
18 février 2007

Digestions nocturnes (Poème de Vie)

"Il choisit toujours la solution la plus compliquée". C’est comme dans un film. On croit que ça va aller, que les choses vont s’arranger et puis, tout à coup, tout s’écroule, le rêve se noie et disparaît de la surface de la terre. Mais, tout au fond de l’eau, le château veille. Pourquoi donc la petite sirène avait-elle tant envie de vivre dans le monde des humains ? Le château chavire dans la mer de l’oubli. Rien pour le raccrocher à la vie, rien pour ne pas sombrer dans les replis mouillés de la robe du lac. Trouble... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:24 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 décembre 2006

La mort dans l’âme (poème de vie)

Je crois bien que j'ai attrapé un coup de soleil J’ai mal à la tête, j’ai mal aux oreilles j’ai mal à mon petit corps de femme naissant frémissant sous les pâles pétales de fleurs de ma robe rouge coquin d’insoupçonnées langueurs parcourent mes mains Pourquoi cette sensation diffuse Pourquoi ce trouble en mon âme confuse   J’ai replié les pétales de ma robe coquelicot J’ai refermé chaque cellule de mon corps trop chaud Recroquevillée tout au fond de mon cœur Cette peur   Mon... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:46 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
11 décembre 2006

Questions d’exister (poème de vie)

Combien de temps faut-il à un épi de blé pour croître et briller dans toute sa splendeur d’été ? Combien de hasards suivent-ils leur destinée pour qu’une pivoine se mette à courtiser un épi de blé ? Je cherche mon chemin à travers ce dédale d’herbes timorées, je me heurte à un tronc d’arbre couché, je vais à l’aveugle à travers une sombre forêt…. Mais où donc m’emmènent mes pas saccadés ? Quel est donc cet émoi en mon cœur apeuré ? Trouver ma place, celle où je peux m’épanouir et embellir la création donnée!... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 18:49 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 novembre 2006

Réseau lution (Poèmedevie)

Elle l’emprunte chaque jour, le petit sentier gris qui l’amène d’un bord à l’autre. Et chaque jour, un étrange sentiment la parcourt au moment de poser le premier pas sur cette passerelle imaginaire. C’est un peu comme si sa vie était suspendue au-dessus d’un gouffre profond, comme si chaque pas qu’elle faisait ne tenait qu’à un fil reliant son passé à son présent, son présent à son futur, son futur à son passé. Voilà bien 40 ans qu’elle pratique ce va-et-vient constant, qu’elle tricote les événements entre eux et découvre peu à peu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

25 octobre 2006

Solitude (Poème de vie)

Il règne un silence étrangement rigide sur notre petit carré de vie grise. Mais ce n’est qu’illusion. Maman cause, palpite, explique, palabre sans fin. Les mots de Papa, prisonniers derrière des lèvres pourtant entr’ouvertes, n’ont pas de place dans ce cafouillis. Et ma petite sœur chantonne dans son coin. Mes oreilles se sont fermées à l’expression de cette vie trop superficielle. Trop de choses me pèsent, là, au fond de mon cœur. Personne ne veut entendre mes pourquoi et comment. Mes états d’âme dérangent ! J’aimerais communiquer... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
11 octobre 2006

Adultères (Poème de Vie)

Au matin, le verre était vide. Pour la première fois depuis des mois, le chagrin s’était retiré, avait abandonné ses gouttelettes moroses sur un autre causse. Rien à noter sur mon calepin ! Météo du cœur, zéro millimètres de rancoeurs ! Curieux vide blanc après tant de pages noircies de statistiques infernales. Un tout petit trait rectiligne horizontal ! Dans les ténèbres lugubres de mon imaginaire bouleversé, une forme étrange trace ses courbures irréelles sur un horizon aux lueurs querelles. Un monstre sortant de sa torpeur, encore... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
30 septembre 2006

Au-dela des apparences (Poème de vie)

Je ne l’aime pas, mais tant pis, ce corbeau qui grince les cordes dans un geste frénétique de génie du violoncelle. Ses gestes pleins de fougue, sa queue fourchue en mouvement diabolique, la musique à bras le corps, les doigts incisifs comme sculptant le manche encordé. Et pourtant, la musique sonne merveilleusement pleine, sortant des tripes et m’emportant dans un élan passionné vers une lumière dorée….
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 août 2006

Petit d’homme, grand de cœur (poème de vie)

Sur un tapis infini de grains de sable dorés, L’enfant boit au calice de la vie. Dans son petit corps offert à l’abandon, Vibration subtile de chaque cellule de son être, Que d’oreilles pour capter la musique de son rêve, Source inépuisable de vitalité. Dans la main du petit d’homme Un cœur grand comme ça, Ouvert sur un monde de tous les possibles. Résonances intenses imprimées au plus profond de l’âme. Il suffit d’y penser pour oser encore Chaque jour tisser notre... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 23:11 - - Commentaires [9] - Permalien [#]