Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

04 novembre 2007

On ne déjoue pas la mathématique (Querelle)

Tante Babette prit une profonde inspiration, devant le stand de madeleine, pensant à ce feu Proust, avec l'envie de ressusciter sa défunte et pathétique vie. Après tout, elle est vieille tante Babette, elle n'a plus que ça : les souvenirs, les remembrances. Ne la blâmons pas. Elle regarde l'étalage, donc, qui se présente comme ceci : [   ] [   ] [   ] [   ] [   ][   ] [   ] [   ] [   ] [   ][   ] [   ] [ ... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 17:10 - - Commentaires [22] - Permalien [#]

23 octobre 2007

23. Miroir des fleurs (Querelle)

Mauvaise surprise, le quai du métro est noir de monde ! Mais je me suis engouffré dans la brèche. Mortel parmi les mortels. Minute mortelle. J'étouffe parmi les vivants. J'attends.L'absence d'éternité me pèse. Des créatures adipeuses et de sveltes naïades s'enfoncent dans les profondeurs et me submergent. Je sens du Jasmin, de lourds parfums de Vanille, de Rose, d'Iris. Je défaille. Je jouis du monde terne mais parfumé qui s'offre à moi, quand s'ouvrent les portes du métro, où nous nous entassons, dans une proximité essentielle,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:30 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
05 octobre 2007

La Maison des Rêves. (Querelle)

Maison au luxe baroque, où traînent des créatures demi nues, alanguies sur des sofas purpurins. Antre de tous les crimes et j'avoue non sans honte m'y vautrer, insondables délices : hommes et femmes y sont désirs, ardents comme des braises, corps étendus vers les flammes de la cheminée, sous un grand lustre de cristal, dans l'abandon de soi le plus dérangeant et l'âcre odeur de leurs désirs perdus. Certains portent des masques, ressuscitant Venise au-delà de leur chair, exposent cependant leurs sexes à cette fête troublante, là où... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:00 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
13 juin 2007

Hyménée (Querelle)

Excuse-moi, c'est une erreur…  on ne viole pas un ange, même si l'ange le demande. Surtout si l'ange le demande. Je te prie de m'excuser de t'adjoindre à ma fange, pour cela qui te fait comprendre que moi, je ne suis pas un ange et que terriblement, nous ne sommes pas fait pour s'assembler, être ensemble. MAIS : ta peau était douce, le derme, tout humide de rosée ; ta bouche un sanctuaire, une perle à la nacre, nacre de rosée ; ton cou, statuaire à briser par le cri, ton buste estuaire, embouchure vers un sexe troublant,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:38 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 mai 2007

Mon Petit Pantin (Querelle)

Mon homme est grand mon homme est beau mais trop statiqueJambes écartées, mais sur elles-mêmes repliéesMon homme impose par un charisme extatique Les bras ouverts aux mains de fer écarteléesSa puissance virile démontrée m'enchanteBrun et mystérieux me voici acculé A cet air de mystère, le soyeux des étoffesLe galbe de son corps, sa douce voix qui chanteL'érection qui monte à devenir fou à lierEt la nécessité de censurer la strophe (Mais je m'égare) Allant à lui, le touchant je vois bien qu'il... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:30 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
06 avril 2007

Du Temps pour Autrui (Querelle)

J'ai presque une heure d'avance, mais je ne suis pas là, pas là encore pour toi, et disposé à l'être. Mon corps m'a précédé dans cette démarche de te voir, de t'entrevoir, de te confronter. Autour de moi les plates symphonies de la vie urbaine, ces multiples sons qui bourdonnent, s'enchevêtrent, ces mille et un bruits de pas claquant contre l'asphalte, qui m'entourent, qui m'oppressent.Procession : dix mille chaussures et moi silencieux au milieu, dans ce désert bruyant. Extension de moi-même à l'infini, dans les regards que je jette... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 16:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]