Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

20 mars 2007

Usurpation (Tanette)

Il faut que je vous dise… j’ai menti, ce n’est pas moi qui ai gagné le premier prix, ce n’est pas moi qui ai pris la photo, c’est Coumarine… Coumarine l’a donnée comme sujet de la nouvelle consigne de l’atelier d’écriture… Je la trouve si belle cette photo, on dirait un tableau de Monnet, les couleurs sont douces, le paysage calme invite à la détente, les rayons du soleil qui filtrent à travers les arbres ajoutent à la douceur de l’ensemble. Elle correspondait au thème du concours photo organisé pour fêter le... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 13:46 - - Commentaires [15] - Permalien [#]

11 mars 2007

Adoption (Tanette)

Ca fait huit jours exactement que je l’ai rencontrée.Recroquevillée derrière un container, je ne l’ai pas vue tout de suite. Quelque chose m’a guidée vers elle, j’ai découvert sous une vieille couverture, une fillette mal vêtue au regard triste, apeurée.Je me suis approchée lentement, je lui ai souri, je lui ai parlé doucement. Petit à petit je l’ai sentie se détendre. Un bref instant d’hésitation mais, déjà, en l’emmenant dans ma solide maison de pierre aux volets bleus,  ma décision est prise : je la garderai chez moi, je la... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:50 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
23 janvier 2007

Transformation (Tanette)

J’ai volé mon âme à un clownBing,bang, boum, bada boumAssez de me voir stresséeSérieuse, figée, paniquéeEnvie de m’éclater, de rire, d’être gaieEnvie de ressembler A ce clown joyeuxQui rend tant de gens heureux ! Je lui ai volé son âmeDans la salle, à ma vue, ils se pâment, Je fais jouer mes zygomatiquesDans un ballet fantasmagoriqueFini le cul-pincéMe demander ce qu’ils vont penserEtre un modèle de bienséanceCette fois je prends des vacances J’ai volé mon âme à un clownBing, bang, boum, bada boumGrâce à lui ma vie est... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:36 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
05 janvier 2007

Sans titre (Tanette)

Je suis un génie, et je suis modeste, pourtant je le sais depuis longtemps. Je joue avec les lettres, je les tricote en jersey, en maille envers, au point de riz, en torsade, les cuisine à toutes les sauces : prose, vers, acrostiches, les brode à tous les points : croix, bourdon, tige, épine et autres… Je surfe sur mes écrits avec autant de grâce que le surfeur sur la vague, la danseuse sur ses pointes, le gymnaste sur les barres parallèles, le trapéziste dans les airs… J’ai autant d’aisance avec les mots que le... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
20 décembre 2006

Vision macabre (Tanette)

Je crois bien que j’ai attrapé un coup de soleil…C’est la seule explication ! Comment comprendre autrement le fait de me retrouver assise dans ce fauteuil rouge et tenant dans ma main mon pied gauche, sectionné au-dessus de la cheville ?J’ai dû attraper un coup de soleil…et je déraisonne, j’ai une vision…Tranché, net et franc et pas une goutte de sang , ce n’est pas possible !Je soulève ma main, elle le tient toujours...,  le pied  la suit..., il est bien sectionné, comme coupé au couteau, chair et os bien nets.Je crois... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 11:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
07 décembre 2006

Rêverie (Tanette)

Ce tableau peint par Pivoine me plaît, m’attire, m’enchante, il respire, il est comme une ode à la nature, il vit. L’arbre même s’est allongé dans l’herbe pour mieux sentir sa douceur et respirer son parfum, il se laisse caresser par les rayons d’un soleil encore chaud bien qu’automnal. Cet été qui se prolonge a permis au grain de blé retardataire de donner un bel épi bien doré. Le coquelicot non plus ne s’est pas aperçu du décalage avec ses congénères, il étale au grand jour sa robe d’apparat d’un rouge intense. Dans le fond un... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

20 novembre 2006

Sortie de l’enfer (Tanette)

Trente ans que je le supporte, qu’il me rabaisse, m’humilie, m’écrase, m’étouffe, me vampirise, n’en fait qu’à sa tête et m’empêche de faire la moindre chose qui me ferait plaisir. J’ai essayé maintes fois de dialoguer avec lui, de lui dire qu’il avait besoin d’aide, qu’il n’y avait pas de honte à ça, impossible, il ne veut rien entendre. Je crois avoir été patiente, trop. Mais, malgré tous les mauvais traitements qu’il me faisait subir, mes sentiments envers lui étaient les plus forts. Cette fois, la « coupe est pleine... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 16:18 - - Commentaires [5] - Permalien [#]
09 novembre 2006

Elle (Tanette)

Petite fille sans histoire, adolescente timide, adulte effacée, sa mère lui préférait son aînée et ne manquait aucune occasion de le lui faire sentir. Sa sœur la traitait d’incapable. Son mari l’a abandonnée, au bout de quinze ans, avec leurs deux filles, pour aller vivre une aventure en Afrique avec une de leur connaissance. Sa fille aînée, très dure avec elle, la culpabilisait sans arrêt. Elle, se réfugiait dans l’Histoire, a une période qu’elle adorait : le Moyen Age. Plus rien ne comptait alors pour elle. Elle vivait avec ses... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
25 octobre 2006

Inavouable... (Tanette)

En ma qualité de chef de famille, je me dois d’être à la hauteur, il m’appartient d’assurer le bon déroulement de ce séjour que nous attendions tous avec impatience . Personne ne doit soupçonner l’angoisse qui s’est emparée de moi depuis une semaine à l’idée de monter dans l’avion. Nous avons choisi notre destination d’un commun accord, je m’en faisais une joie tout comme les autres membres de la tribu…je m’étonne de cette réaction subite et incontrôlable.. L’hôtesse nous installe, je commence à transpirer, mes mains sont moites,... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:02 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
12 octobre 2006

Etrange invitation (Tanette)

Au matin, le verre était vide, aussi vide que son esprit. Combien de fois avait-il rempli ce verre depuis la veille ? Il n’en avait pas la moindre idée. « Quand le verre est vide, je le plains, quand il est plein, je le vide » articula t-il comme étonné de cette constatation ridicule. Où cela va-t-il me mener ? Il ne savait pas. Il ne voyait pas l’issue. Comment était-il arrivé là sur ce rocher ? Il savait seulement qu’il dominait la mer. Mais cette main qu’il voyait sortir de la roche, obsédante, menaçante comme les nuages au-dessus... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 17:01 - - Commentaires [3] - Permalien [#]