Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

08 juin 2007

Télé réalité.(Thierry)

Bien sûr, pas plus de deux mille caractères, c'est difficile.Aller à l'essentiel, sans fioriture.Lui dire que je l'aime, que l'odeur de sa peau m'envoûte, que le dessin de sa poitrine m'affole.Que de tous les yeux, les siens sont les plus bleus Pas plus de deux mille caractères, et une seule fois pour les dire.Une seule fois pour la revoir enfin, elle que j'ai tant contemplée, tant adorée.Et devoir les dire dans cette émission débile, sous tous ces regards de salons lointains, sous l'œil de cet huissier dénaturé,qui les... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:21 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

26 mai 2007

Le rêve du terrain vague (Thierry)

Le samedi, c'est plus tranquille. Il y a moins de monde.Alors on peut sortir un peu du camp sans qu'on nous voit.Les autres jours, il y a trop de monde qui nous voit et qu'on voit ne pas oser nous regarder. Ne pas vouloir nous regarder.Fuir les regards fuyants des ouvriers du chantier à côté.Fuir la présence d'yeux qui de toutes manières ne veulent pas vous voir. Paradoxe.Savent-ils que leur terrain vague est la prairie où s'envolent les rêves des enfants?Que ce terrain vague qu'ils fuient sitôt la tache journalière achevée représente... [Lire la suite]
Posté par _Sammy_ à 14:30 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
11 mai 2007

Gepetto aux chiffons (Thierry)

Il était triste, Gepetto. Son histoire avait été mal écrite, pas écrite comme elle aurait dû l'être. Surtout cette fin molle en chiffons. Quand on est marionnettiste, quand on a usé ses paumes à raboter des essences nobles, on ne finit pas en chiffon par quelque maléfice cruel. Certes, les poupées de chiffons étaient charmantes, elles avaient ces rondeurs qu'on aime tant caresser et sentir, mais celles en bois avaient la plus belle des grâces, celle du mouvement, de l'expression et de la vie. La vie, la passion de toujours... [Lire la suite]
Posté par pivoineblanche7 à 09:56 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
11 octobre 2006

Migration. (Thierry)

Au matin, le verre était vide.La mémoire insipide.La vie livide.La soirée solitaire fût bien trop liquide.Toutes les bouteilles sont vides. Mon esprit flotte, barquasse entre deux mondes.L'un d'eux est la raison, figé comme cette rambarde de quai. L'autre, la déraison, l'imaginaire délié et tourmenté, ensemble à la dérive sur des flots furieux et indomptés. Dans ce monde sans raison, ma maison d'enfance, elle est belle, bien plus belle qu'elle ne l'a jamais été. Et les monstres d'antan, ceux qui étaient là au bord du gouffre, m'y... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 09:01 - - Commentaires [6] - Permalien [#]