Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

07 mars 2007

Persévérance ( Cédric )

Ça fait huit jours exactement que j’ai franchi pour la première fois le seuil de cette maison que le destin m’a fait acquérir en m’endettant joliment pour vingt ans. Mais le destin a-t-il vraiment quelque chose à voir là-dedans ? C’est une lettre de mon arrière-grand-père qui a tout déclenché, pas celle d’un inconnu. Un hasard qui m’a fait ouvrir un coffre rempli de bouquins dans ce vieux grenier de la maison familiale. Une lettre à l’aspect inoffensif et anodin qui glisse d’un ouvrage de philosophie. Des mots écrits à l’encre du mystère. D’abord une adresse et puis ceci :

Là, se trouve la richesse en lingots, sous la cinquième dalle du sol de la cuisine, en partant de la porte extérieure. Persévérer est la clé.
Emile Rosert

Ça fait huit jours exactement que je creuse et je commence à regretter fortement qu’elle était à vendre depuis trois mois, cette maison, quelle bêtise d’avoir considéré cela comme une chance. Je n’ai rien trouvé sous la cinquième dalle, alors depuis sept jours, je creuse sous les autres, la cuisine est un vrai chantier. J’écris pour me soulager de la déception et de la colère que je ressens. Depuis une semaine, j’essaie de ne pas éveiller de soupçons dans le village, je tâche de m’intégrer, je dis que je rénove, que je fais des travaux , je mange au petit restau de la place, j’écoute les histoires de la bouche des anciens, je crois qu’on m’apprécie déjà un peu.

Persévérer est la clé. J’ai beau tourner et retourner depuis des semaines ces quatre mots dans ma tête, je n’en comprends pas le sens caché. A moins que ce soit littéral, auquel cas, devrais-je peut-être creuser plus profond ?

----------------------------------------------------------------------------------------

Romain reprend sa bêche, décidé à un ultime effort. Arrivé à un mètre cinquante de profondeur, son outil produit un son métallique. Ça ne peut être qu’une seule chose : le trésor ! Il déterre une boite trop légère pour ne contenir même qu’un seul lingot. Quoi, tout ça n’était qu’une blague ? Il l’ouvre sans espoir, n’ayant plus rien à perdre. Encore un papier, une lettre de la même écriture que celle qui l’a fait creuser :

Bravo pour la persévérance. Le trésor c’est cette maison. Le jardin et ses fleurs. Les voisins et leur bonne humeur. Le soleil, au lever, la lune, au coucher, le ciel, la journée, les étoiles, la nuit. J’ai vécu ici des lingots de bonheur, seule véritable richesse.

Il reste coi quelques minutes, puis, très doucement, étincelant, un sourire se dessine.

Posté par patitouille à 17:30 - Cédric - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • "Travaillez, donnez vous de la peine, un trésor est caché dedans" Merci La Fontaine Belle transposition de la fable... J'aime beaucoup ton texte, sa morale enthousiaste et chaleureuse me "parle" vraiment.

    Bon, j'vais critiquer un peu maintenant :-p
    On dirait qu'il manque un mot là : "je commence à regretter fortement qu’elle était à vendre" mais on comprend quand même le sens.

    Petite hésitation pour ta dernière partie : était-ce vraiment nécessaire de changer de personne ? Ce n'est pas choquant en soi, mais je pense que tu pouvais continuer à la première personne sans problème, ou alors écrire tout le texte à la troisième. Il me semble que le format très court imposé par PP ne se prête pas à ce changement de perspective. J'suis pas clair, je sens bien... Je veux dire que dans un texte plus long, de plusieurs pages, ce changement de voix passerait inaperçu ; ici, on se demande un peu pourquoi...

    Mais honnêtement, c'est un détail ! Ton texte est bien écrit et bien construit, la chute est vraiment originale, il n'y a que le Sammy pour chercher la 'tite bête.

    Posté par Sammy, 07 mars 2007 à 18:10
  • Des lingots de bonheur! Quelle belle expression! Voilà un héritage que le fisc ne pourra ponctionner! L'idée du texte est jolie ... et plus profonde qu'il n'y paraît! Merci pour ce joli message.

    Posté par fc, 07 mars 2007 à 18:16
  • bon, ben ça m'apprendra à commenter APRES Sammy ... j'ai strictement plus rien à ajouter ! ))

    beau texte Cedric )

    Posté par pati, 07 mars 2007 à 18:20
  • Je rejoins Sammy sur la plupart des points. L'histoire est originale et bien menée même si je voyais venir le coup "le trésor n'est pas là".

    Posté par Farfalino, 07 mars 2007 à 22:47
  • Pas bête du tout ça !
    Cette histoire m'a fait penser à la chute de l'Alchemiste , et cela fonctionne bien, j'ai souris en même temps que ton héros quand il compris le message… -)

    Posté par le chien, 08 mars 2007 à 09:48
  • Merci pour les commentaires...même quand ils cherchent la 'tite bête.

    Tu as p-t raison pour la phrase "je commence à regretter fortement qu’elle était à vendre" mais je ne vois pas personnellement...quel mot manquerait-il ?

    L'explication du changement de personne est simple, la première partie c'est le "chercheur" qui écrit dans sa cuisine-chantier, d'où le "J’écris pour me soulager de la déception et de la colère que je ressens." J'avais envie, quand il reprend sa bêche pour un ultime effort, de suivre "Romain" en pleine action, dans le présent, et non plus dans un récit qu'il rédige d'un passé même très proche. Mais peut-être n'ai-je pas réussi à rendre cela assez clair...

    Quant à la fin, Farfalino, j'avais espéré avoir introduit plus d'ambiguité que vous n'en voyez par la dernière phrase. Par le "très doucement" et le "étincelant" j'avais voulu suggérer que le trésor en lingot d'or y était peut-être quand même, en dessous de la boîte métallique contenant le dernier message poétique, ultime clin d'oeil du vieux qui a enterré son trésor et pour qui la persévérance est la clé. Autrement dit même après le message "le trésor c'est la maison" il ne faut pas se laisser distraire par celui-ci et continuer à creuser légérement la terre, très doucement, et observer sur son visage un sourire qui s'incrit devant les lingots étincellants...mais là encore j'ai dû quelque peu rater mon coup !!

    Merci en tout cas pour vos critiques.

    Posté par Cédric, 08 mars 2007 à 10:11
  • Le coup n'est pas raté! Même si tous les effets que tu as voulus mettre n'y sont pas pour tous tes lecteurs tous sont sensibles au charme de cette histoire qui augure une histoire d'amour avec cette maison et ce village.

    Posté par Arthur HIDDEN, 08 mars 2007 à 10:18
  • Salut Cédric ! Pour la phrase incriminée, si aucun mot ne manque, c'est peut-être tout simplement qu'elle est mal tournée :-p Elle veut dire quoi en fait ? ô_O Ne vaudrait-il pas mieux dire : "Je commence à regretter fortement de l'avoir achetée" ? Parce que "qu'elle était à vendre" ben... c'est pas trop français quoi...

    Je comprends tout à fait la motivation du changement de personne, mais essaye en écrivant la première partie de ton texte à la troisième... et au passé simple

    Pour la fin, je dois avouer que l'on ne voit pas trop l'ambiguïté. Mais je trouve que c'est mieux comme ça, la récompense, c'est la maison elle-même, pas un tas d'or... Je suis tout à fait d'accord avec Arthur : ce n'est peut-être pas tout à fait ce que tu voulais faire, mais à l'instar des soeurs Tatin, le résultat est encore mieux que l'idée de départ ! Ton texte est tout à fait charmant -pour reprendre son expression, on est sous le charme- et laisse présager les années heureuses qui attendent le narrateur. Je n'en demande pas plus !

    Posté par Sammy, 08 mars 2007 à 14:18
  • Voilà qu'il nous parle des sœurs Tatin maintenant… C'est malin ! J'ai la dalle maintenant.
    Aargh mon ventre l'emporte sur littérature, je lache vos commentaires et fonçe dans la boulangerie la plus proche…
    Adieu vaches cochons, a moi les grosses miches et les tartes (finalement ya que ça de vrai les gars non ?)

    Posté par le chien, 08 mars 2007 à 14:43
  • Eh oui, mes références ne sont pas uniquement littéraires

    Posté par Sammy, 08 mars 2007 à 14:55
  • Bravo

    L'histoire est originale et bien construite. la chute quelque peu moraliste est bien amenée.Merci à l'étincelle de bonheur sur la fin.
    Peinturellement votre, rsylvie

    Posté par rsylvie, 08 mars 2007 à 15:37
  • Sammy > En fait je voulais dire ceci : " Je regrette fortement d'avoir considéré comme une chance le fait que la maison était à vendre "
    Et c'est peut-être ainsi que j'aurai dû le formuler pour que tu comprennes? .

    Quant au changement de personne, peut-être n'était-il pas indispensable, mais bon, c'est fait, c'est fait, comme on dit...La prochaine fois j'y réfléchirai à deux fois...

    Merci en tout cas pour tous vos commentaires, ça fait avancer et plaisir aussi !

    Posté par Cédric, 09 mars 2007 à 10:50
  • quand même pervers, le grand-père car finalement on espère tous trouver le gros lot un jour.
    mais il faut bien reconnaître qu'il n'a pas tout à fait tort: le bonheur réside parfois ailleurs. fine observation.

    Posté par sodebelle, 10 mars 2007 à 00:23

Poster un commentaire