Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

21 novembre 2007

21_Cheminement en talons hauts (Souliers Vernis)

Je n’ai pas mis les bonnes chaussures ce matin. Je fais tout de travers ces jours-ci. Je suis à peine dans mon corps. Je flotte. Alors évidemment, pour me vêtir, ça devient compliqué. C’est compliqué pour tout d’ailleurs. Hier soir, j’ai encore pris le métro dans le mauvais sens. Le temps que je m’en aperçoive, il s’était écoulé une demi-heure.

Ce week-end au bord de la mer, c’est son idée. Il veut qu’on «se retrouve». Moi, je ne sais pas ce que je veux. Mais, je l’ai suivi, malgré tout. L’air marin ne peut pas me faire de mal. C’est ce que j’ai pensé quand il m’a parlé de son désir maritime. Certes, mais j’ai oublié de penser au sable.

Après son coup de téléphone, j’ai préparé mon sac, j’ai mis mes chaussures préférées et j’ai rejoint la gare à pieds. J’aime le bruit que font mes hauts talons sur le bitume. Je prends ainsi conscience de toucher le sol. Et, à chaque pas, de pouvoir repartir.

Evidemment, dans le sable, je m’enfonce. Je cherche un bord, je ne trouve que le vide.

Oui, ce week-end au bord de la mer, c’est son idée.
Quoi qu’on fasse, c’est d’ailleurs toujours son idée.
A quel moment ai-je cessé d’avoir des idées? Je ne me souviens pas de ce moment où j’ai laissé ma vie
m’échapper, totalement. Tout est gris. Mes sentiments comme mes souvenirs.

Tout à l’heure, si j’ai le courage, je lui dirai que c’est fini. Que ce n’est pas contre lui. Que c’est pour moi. Je rentrerai alors à Paris, par le premier train. J’entendrai de nouveau claquer mes hauts talons sur le bitume et peut-être, cette fois-ci, me mèneront-ils quelque part ?

Posté par _Sammy_ à 08:30 - Souliers vernis - Commentaires [13] - Permalien [#]

Commentaires

  • bravo, cette description très juste du déclic qui fait que tout bascule... dans le bon sens !

    Posté par matarjeu, 21 novembre 2007 à 11:21
  • Bien vu ce cheminement, j'ai bien aimé. Faut-il du courage pour rompre ?

    Posté par brig, 21 novembre 2007 à 11:38
  • J'aime ton texte.....Surtout cette phrase : A quel moment ai-je cessé d’avoir des idées?

    Posté par Kloelle, 21 novembre 2007 à 11:48
  • Finalement, c'est elle qui se retrouve elle-meme! on sentirait presque le vecu...

    Posté par Janeczka, 21 novembre 2007 à 11:52
  • Un homme une femme
    naturellement

    et le renoncement. Merci pour ton texte...

    Posté par caro(carito), 21 novembre 2007 à 13:48
  • Un beau texte qui rend très bien la solitude et la déprime. J'ai lu aussi: "Je lui dirai que ce n'est pas contre lui". Est-ce pour l'épargner, ou le pense-t-elle vraiment?

    Posté par virgul, 21 novembre 2007 à 15:36
  • Merci de vos com

    Merci à tous de vos com.
    Matarjeu, eh oui, c'est souvent l'affaire d'un déclic
    Brig, bien sûr qu'il faut du courage pour rompre.
    Kloelle, merci
    Janeczka, c'est de la fiction, voyons.
    Caro, merci d'avoir saisi l'idée de renoncement.
    Virgul, je crois qu'elle le pense vraiment. C'est elle qui est paumée.

    Posté par souliers vernis, 21 novembre 2007 à 16:18
  • Ben moi... si j'avais été elle... j'aurais bien profité de cette balade à la plage... et j'aurais marché pieds nus... c'est bien mieux qu'en talon aiguilles...

    Ah la douce sensation de sentir le sable dans ses orteils....

    C'est pas la saison ? zut alors !!

    Posté par ilescook, 21 novembre 2007 à 19:06
  • Parallèle pertinent entre deux inadéquations, les chaussures et le lieu, la femme et l'homme. Bonne description de l'errance sentimentale. J'ai apprécié...

    Posté par Sunny, 21 novembre 2007 à 19:30
  • tu enlèves tes chaussures, tu trouves que le sable et la mer ça te va assez bien, c'est lui l'erreur.

    Posté par brigetoun, 21 novembre 2007 à 22:47
  • Attention de ne pas te laisser happer par les sables émouvants

    Posté par clau, 22 novembre 2007 à 03:51
  • Tout va à vau-l'eau, tu rends tb ce glissement et puis, une fois qu'elle a touché le fond, elle rebondit et repart dans une autre direction, avec ses talons qui font clic-clac.

    Posté par Sodebelle, 26 novembre 2007 à 22:29
  • "Que ce n’est pas contre lui. Que c’est pour moi." : merci pour cette phrase qui résonne en moi comme un fil à saisir, le fil de la Vie.

    Posté par Noisette, 01 décembre 2007 à 20:57

Poster un commentaire