Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

09 février 2008

7. Si (Antigone)

J’ai sorti mon cahier à couverture rouge de mon grand sac, l’ai déposé bien en évidence sur le bureau.

Il faudra bien que je les écrive un jour, ces mots qui ne viennent plus, qui se tassent en moi.

Il faudra bien qu’il surgisse cet apaisement libérateur, ce déluge verbal qui me fait peur.

Je connais le pouvoir de mon écriture, je le redoute aussi.  

Les larmes. Les palpitations du cœur. Les cris.

Je regarde un instant par la fenêtre, l’agitation de la rue, la lueur des réverbères, la beauté des pierres. J’ai déposé ce matin sur chaque touche de couleur un salut amical. Elles me le renvoient ce soir. Je serai bien ici.

Je suis arrivée hier au soir, je me suis enfuie, j’ai besoin de silence.

J’ai laissé là-bas pour un temps le trop-plein de mouvance, les paroles inutiles, son corps. J’ai récupéré le mien, j’ai pris de la distance.

J’ai choisi cette ville pour refaire le plein, m’absoudre de moi-même.

Et puis il y a cette clé qu’Anton m’a laissée, mon ami.

« Vas-y, m’a-t-il dit, c’est un peu plus loin, sur ta droite, après l’hôtel, fais moi confiance, tu seras surprise. »

J’y suis allée tout à l’heure, un enchevêtrement de chaînes, deux cadenas, une grille inamicale et au détour d’un mur, un jardin merveilleux de douceur, des herbes folles, des fleurs mauves, un cours d’eau, inattendu.

« Il appartient à mes parents, m’a-t-il précisé ensuite au téléphone, le sourire dans ses syllabes. Tu possèdes la clé des événements, Anna, en toi. Tu sais très bien de quoi je veux parler, même si l’abord te paraît rude, il est peut-être temps de t’en servir. »

J’ai acheté un stylo à l’épicerie qui jouxte la mairie, en sortant du jardin.

Demain, je dessinerai sur le cahier à la couverture rouge la clé qui mène à mon chemin.

Posté par pivoineblanche7 à 10:28 - Antigone - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • J'aime beaucoup! Ton texte est plein de jolies trouvailles. Bravo.

    Posté par Jay, 09 février 2008 à 19:17
  • Merci beaucoup Jay !

    Posté par antigone, 09 février 2008 à 19:34
  • La profondeur de ton texte me touche énormément. Qui n'aimerait pas redessiner la clef qui mène à son chemin...

    Posté par Noisette, 09 février 2008 à 22:43
  • Heureuse de lire qu'il te parle Noisette, j'en suis touchée aussi. Merci.

    Posté par antigone, 10 février 2008 à 09:09
  • Ce lieu comme un jardin d'eden pour ce ressourcer et se retrouver.. j'ai beaucoup aimé !

    Posté par brigou, 10 février 2008 à 10:06
  • Merci Brigou.

    Posté par antigone, 10 février 2008 à 11:24
  • Comme c'est bien dit! prendre de la distance pour mieux se ressourcer.

    Posté par Janeczka, 10 février 2008 à 11:58
  • Merci à toi Janeczka !

    Posté par antigone, 10 février 2008 à 19:21
  • J'aime beaucoup ce texte, Antigone. Il fait appel à des éléments mystérieux et très personnels ensemble: le jardin sauvage, la maison, le cours d'eau, le portail... Endroits symboliques et intimes. Il fait appel à l'intérioté: on se demande finalement, s'il n'est pas question que de cela: d'une intimité profonde. Et il y a le message bienveillant de l'ami Anton, qu'on peut interpréter de plusieurs manières... Soit symbolique, soit romantique.

    Donc, romantisme, symbolisme, intériorité, cela me plaît, parce que cela adoucit la portée de la consigne où il y avait des éléments durs: le cadenas, les chaînes, le grand cahier rouge...

    Bravo !

    Posté par Pivoine, 10 février 2008 à 20:21
  • Il est très beau ce texte. J'ai beaucoup aimé. J'aimerais connaitre la suite.

    Posté par cassy, 10 février 2008 à 20:58
  • Pivoine : merci pour cette analyse fouillée qui me plait énormément. La phrase de la consigne était douce mais l'image bien difficile à placer !

    Merci beaucoup Cassy ! Mais il n'y a pas de suite...désolée !

    Posté par antigone, 11 février 2008 à 20:39

Poster un commentaire