Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

18 avril 2008

29. La machine à penser (madeleinedeproust)

Il faut absolument que je pense à ramener à la bibliothèque les deux livres que j’ai finis hier au soir. Sinon je ne pourrai plus en emprunter pendant trois semaines. Et les examens approchent , je ne peux pas me permettre de me retrouver interdit de prêt.

Il faut absolument que je pense à envoyer une petite carte à ma grand-mère. Je suis la seule famille qui lui reste, elle attend mes cartes avec impatience et avec ces examens qui approchent ça doit bien faire deux semaines que je ne lui ai pas donné de nouvelles.

Il faut absolument que je pense à consulter mon compte en banque. Ma bourse d’étudiant n’était pas arrivé la dernière fois que j’ai consulté mes comptes et la situation commence à véritablement devenir critique. Je n’aurais pas dû m’installer à ce café pour déjeuner, ce n’était pas raisonnable.

Il faut absolument que je pense à me coucher un peu moins tard. Je dois dormir un minimum si je veux réussir mes examens. Et je dois réussir mes examens, mon avenir et celui de ma grand-mère en dépend. Si j’ai ces examens, j’aurai du travail et je pourrai enfin la faire se soigner correctement.

Il faut absolument que je pense à finir au plus vite ce livre.

Il faut absolument que je pense à….

Il faut absolument que je pense à…

Il faut absolument que j’arrête de penser, ma tête va éclater, ma casquette me serre les tempes, un jour elle va voler en éclats elle aussi…

Posté par Coumarine à 09:24 - Madeleinedeproust - Commentaires [3] - Permalien [#]

Commentaires

  • J'aime beaucoup la tournure que tu donnes à ton texte.
    En quelque sorte la boucle est bouclée : on part d'un livre, il amène plein d'autres choses et puis à la fin on y retourne. Très habile !

    Posté par Amanda, 18 avril 2008 à 15:32
  • trop de pensées tue la pensée ... à vouloir penser à tout on finit par ne penser à rien

    Posté par l'arpenteur d'ét, 18 avril 2008 à 17:35
  • Originale

    Ce commencement de texte, c'est poétique en son genre, beau comme de l'âme de mots.

    Posté par Promeneur, 18 avril 2008 à 18:06

Poster un commentaire