Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

01 février 2007

Trop chaud (Marie-Aude)

Je suis restée une heure environ dans la salle de bains. Les néons me renvoyaient l'image d'une fille entre deux âges, ni belle ni moche, trop maquillée sans doute, trop souriante aussi. Aguicheuse, excitante, un rien provocante dans son jean trop moulant. « Un cul de princesse » dit toujours le vieux Jo qui sait de quoi il parle.

Il fait chaud ce soir, une torpeur moite engourdit la ville. De la fenêtre de la minuscule chambre où Jo m'enferme entre deux clients, je regarde les garçons qui tchatchent dans la rue. Tous des tordus ces mecs! La dope dans la canette et les mains dans le cambouis. Ils ont arrêté leurs motos au milieu de la rue et se sont assis sur les marches de l'église, tout au bout de l'impasse. Je les entends qui rient et qui discutent entre eux. Jamais ils ne rentrent dans le bar de Jo. Trop cher. Dommage ! Moi ça me dirait bien une ou deux passes avec ces jeunots; ça me changerait des vieux notables, avec leur bedaine trop molle et leur désir si flasque.

Parfois je rêve que le beau Tony m'emporte sur sa moto rouge, la plus belle, la plus grosse, la plus puissante de toutes. On irait à la plage, on roulerait sur le sable en s'embrassant comme deux gamins. Et puis Tony me prendrait par la main et lentement, en nous souriant du regard, nous pénétrerions ensemble dans la mer, attentifs au seul plaisir de la caresse des vagues sur notre peau.
Mais Tony ne regarde pas les filles. Il brique son moteur, et la sueur ruisselle dans son cou, sur ses joues, sur son torse velu. J'ai chaud. Des clients sont entrés dans le bar de Jo. Dans quelques minutes je sais qu'il m'appellera. Alors je retourne dans la salle de bain pour ajuster mon maquillage. Mon rimmel a coulé. C'est bête, la chaleur, moi ça me fait toujours un peu pleurer.

Posté par pivoineblanche7 à 17:36 - Marie-Aude - Commentaires [11] - Permalien [#]

Commentaires

  • je commente plus tard, je dois partir là...

    Posté par Coumarine, 01 février 2007 à 18:04
  • bonne intégration des photos.
    Emouvante cette petite au coeur bleuet.

    Posté par sodebelle, 01 février 2007 à 20:12
  • J'aime bien l'ambiance un peu triste qui se dégage du texte. Tu as efectivement bien relié les photos entre elles.

    Posté par Farfalino, 01 février 2007 à 22:48
  • bah moi chuis fan

    j'aime ta prose autant que tes rimes, colette
    tu as le don de faire chanter chaque syllabe écrite par toi, me demande comment tu réussis ce tour de force

    ya de belles images, j'en ai retenu juste une, dans le lot :
    "leur désir si flasque" voui, ça a l'air tout bête, mais cette phrase est tellement causante...

    et puis, ta finale, sans être totalement inattendue, me plait parce qu'elle décrit bien comme il est simple de se mentir gentiment à soi-même )

    Posté par pati, 01 février 2007 à 23:15
  • Ah oui! Marie-Aude...il y a toute une atmosphère dans ton texte...triste, un peu glauque, une atmosphère de bar de prostituée...
    Et en même temps le rêve d'autre chose, le rêve de tendresse, d'un vrai amoureux, de mer...
    Et la chute est...à pleurer...mais non, c'est la chaleur n'est-ce pas?
    Il est prenant ce texte

    Posté par Coumarine, 01 février 2007 à 23:17
  • j'aime beaucoup ton texte, cette pause rêverie dans l'atmosphère glauque très bien décrite, puis la résignation à continuer, parce qu'il le faut bien ... c'est touchant bravo

    Posté par berangere, 02 février 2007 à 00:12
  • Pire même que glauque, puisque Jo l'enferme. Ca m'a fait penser aux prostituées (de force et maltraitées), aux esclaves modernes, à quelque chose de terrible. Est-ce rêve? Est-ce réalité? Et la chute, oui, la chute est surprenante...

    Posté par Pivoine, 02 février 2007 à 01:41
  • Pas de grandes envolées lyriques, pas de tirades faussement tragiques, pas de "remplissage", juste des mots, des mots qui vont à l'essentiel, qui vont droit au coeur, qui poursuivent des reves que l'on ratrape avec plaisir..

    Ohh et puis qu'elle chute! Légere,triste et touchante..

    Moi j'adore, je me suis laissée émouvoir.. Merci!
    L-ys

    Posté par L-ys, 02 février 2007 à 16:45
  • la chaleur moite, les personnages .. j'ai aimé ton film... pardon, ton texte!

    Posté par selva, 02 février 2007 à 22:25
  • Moi aussi, j'ai beaucoup aimé cette "ambiance"..et puis la triste réalité que certains sont plus amoureux de leur machine que de leur compagne et l'acceptation résignée de cette femme qui préfère se mentir, en accusant la chaleur ! c'est très bien raconté..

    Posté par Brie, 03 février 2007 à 08:57
  • C'est vraiment intéressant ce point de vue de cette femme prostituée. Cette sensibilité et cette distance de l'écriture. Chapeau!

    Posté par Arthur HIDDEN, 04 février 2007 à 15:46

Poster un commentaire