Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

30 avril 2008

15. Vous qui êtes mon autre (Rsylvie)

En ce jour qui ce veut fêter mes 46 printemps, j'ai une pensée toute particulière vous, partis ensemble, cueillir  les fleurs du paradis bleu...
Trop gâtée pour comprendre le manque, je n'avais jamais pris le temps de vous exprimer mon attachement à

...Vous qui un matin d'automne, avez bravé le regard des autres en venant me prendre par la main, tout simplement, sans poser de question,  les bras chargés de tendresse.

Je voulais simplement dire combien j'ai de considération pour l'homme qui n'a jamais baissé les bras. Qui n'a pas craint de provoquer la colère divine en détournant les chemins de l'enfantement, en prenant les sentiers de travers, jusqu'à la rencontre avec la fillette oubliée.

A l'homme qui posait sa caisse à outils pour se faire tendresse auprès de la gamine qui, malicieusement échappée des jupons de sa mère, venait chercher l'aventure dans les billes de bois. Au charpentier aux mains calleuses qui mille fois répétait le geste d'un lacet défait, d'un bouton à remettre, d'une aiguille de sapin à retirer du gilet pour qu'elle ne blesse pas l'enfant abîmé par la vie.

A toi femme si fragile, pour qui le moindre retard de l'enfant même devenu grande, était une tragédie. Toi brisée par la guerre, qui ne savait lire en « blanche neige » que le triste épisode du chasseur. Tes yeux aveuglés par le malheur ne pouvaient voir la fin heureuse de l'histoire. Pourtant tu faisais ton maximum, bonne ménagère, travailleuse, maman attentionnée je ne manquais de rien.

…Vous éducateurs avant l'heure, qui m'avez toujours parlé de l'autre avec respect, les yeux plein de compassion. N'avez jamais porté la moindre critique,  M'avez enseigné le respect que mérite chacun, qui se doit à toute chose, à tout instant de la vie... qui êtes devenus mon port d'attache sans jamais chercher à me couper de mes racines.

Pour toutes ces délicates attentions, l'amour que vous m'avez offert jours après jours, et le soleil que vous avez mis dans mon cœur… merci

votre fille

Sylvie

Posté par _Sammy_ à 16:30 - Rsylvie - Commentaires [7] - Permalien [#]

Commentaires

  • Comment parler avec pudeur et vérité de ceux dont on vient. Une belle densité d'écriture

    Posté par Arthur HIDDEN, 30 avril 2008 à 20:33
  • Sylvie, ta lettre est vraiment très émouvante, tendre et réaliste à la fois. Les mots sont justes, posés à leur place.

    Posté par fabeli, 30 avril 2008 à 22:17
  • Un tendre et bel hommage pour tes parents...
    bien sûr, connaissant ton histoire, ce texte me touche d'autant plus
    merci Sylvie

    Posté par Coumarine, 01 mai 2008 à 11:47
  • Très touchante cette histoire; l'enfant oubliée qui remercie ces parents là d'être venus la chercher pour la chérir et qui lui ont transmis cette leçon d'amour

    Posté par mimik, 01 mai 2008 à 22:03
  • Bel hommage, trop rare à ceux qui sont nos racines, les petits , les humbles, ceux qui ont souffert et nous ont quand même aimé.

    Posté par Amanda, 02 mai 2008 à 17:50
  • A la fillette oubliée...

    et qui n'oublie pas ! Belle mélopée de tendresse restituée. "Le paradis bleu" est un magnifique champ fleuri où il fait bon s'asseoir pour écouter le murmure des racines et greffes.

    Posté par MthP, 03 mai 2008 à 01:41
  • Une lecture qui donne le frisson...

    Posté par Godnat, 06 mai 2008 à 18:01

Poster un commentaire