Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

30 novembre 2006

Coumarine [ ou la panne ]

voici un texte que m'a envoyé Pluto. il ne s'attend pas à le voir publié, mais je me suis dit que ça nous ferait attendre le retour de Coumarine de belle façon ;) il a imaginé une consigne 35 avant l'heure, en prenant comme phrase de fin la dernière de mon post  vous informant des soucis de connexion de la maitresse de ces lieux ;) mais voyez par vous-même ;)) : Ils ont tout prévu, calculé, planifié, en gros, tout "futurisé". Eux. Les as de la "Prospectique", La Science Economique Mondiale, ... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 20:25 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

30 novembre 2006

C’est fini (Plumito)

C’est fini.Elle passe par l’allée, sans hélas. Pas à pas, pas lassée, pas tassée,Place ses pas sur cette place,Et d’une dalle espace son pas racé.C’est fini.Elle ressasse, puis efface. Se repasse le film du passé,Et lime tout ce qui encrasseSon âme harassée.  C’est fini.C’était pourtant bien,Mais ce n’est plus rien.Et c’est pour son bien, Mais surtout pour le sien,Que tôt ce matinElle a pris un autre chemin.Elle lui a dit : « C’est fini ! » Il n’a pas compris, Elle s’est enfuit.Il lui a crié des « je t’aime, reviens ! »Il tirait... [Lire la suite]
Posté par patitouille à 20:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
29 novembre 2006

connexion coumarinienne ! ;)

alors, Dame Coumarine est à nouveau en panne d'adsl ! Aussi me demande-t-elle de vous dire que si certains d'entre vous lui ont envoyé des textes et que ceux-ci ne sont pas encore parus, ce serait bien de me les renvoyer, je m'empresserai de les publier demain En ce qui concerne la consigne 35, elle sera exceptionnellement mise en ligne vendredi matin, date à laquelle Coumarine espère retrouver sa connexion. Voilà ! :))
Posté par patitouille à 20:18 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 novembre 2006

La marelle (Marie-Jeanne)

Je traverse la place encore  déserte à cette heure matinale.  Le soleil promet d’être radieux et j’ai l’humeur guillerette. Sur le pavement,  des enfants ont tracé un jeu de marelle. Quelques cases à franchir pour passer de la terre au ciel.   Je ne peux m’empêcher de penser à mon enfance, les jeux dans la cours de récréation, la corde à sauter, la marelle. Je me rappelle l’odeur de la  cantine, le grincement de la craie sur le tableau noir, le cartable trop grand mais qui devait durer des... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:37 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 novembre 2006

Le meilleur des hommes (Sammy)

Surtout, bien rester sur les pavés. Ne pas marcher sur le sable. Non mais... je rêve ! Il était vraiment temps que ça s'arrête ! Un peu plus et je devenais comme lui Lui et ses problèmes, ses névroses, ses manies. Ses TOC ! Allumer la lumière pour vérifier qu'elle est bien éteinte. Revenir sur ses pas quatre fois, cinq fois, dix fois, juste pour s'assurer encore et encore que la porte est bien fermée. Faire une crise quand je ne egarde pas si le congélateur ne s'est pas rouvert tout seul. Et si ce n'était que ça. Ca resterait... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:31 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
27 novembre 2006

Une bouteille à la mer (Marie.L)

    Seule au carrefour de ta vie, tu me tournes le dos. Pourtant tu étaisma meilleure amie. Nous partagions tout nos secrets, nos rires, nos peines…    Tu me tournes le dos et je ne sais pas pourquoi !    Tu m’avais appelé en me disant que tu étais fatiguée, déprimée. J’avaistout fait pour pouvoir venir te voir. J’avais pris le train, puisque jen’avais pas de voiture.    Nous avons discuté de tout, de rien. Je voulais te détendre. Nous avonsfini par parler de ma maladie.    Une... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:31 - - Commentaires [6] - Permalien [#]

26 novembre 2006

Réseau lution (Poèmedevie)

Elle l’emprunte chaque jour, le petit sentier gris qui l’amène d’un bord à l’autre. Et chaque jour, un étrange sentiment la parcourt au moment de poser le premier pas sur cette passerelle imaginaire. C’est un peu comme si sa vie était suspendue au-dessus d’un gouffre profond, comme si chaque pas qu’elle faisait ne tenait qu’à un fil reliant son passé à son présent, son présent à son futur, son futur à son passé. Voilà bien 40 ans qu’elle pratique ce va-et-vient constant, qu’elle tricote les événements entre eux et découvre peu à peu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:15 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
26 novembre 2006

Mère Grand... (¨Pierre de Lune)

J'entre dans cette maison qui m'a vue tant de fois repartir le dos voûté, les épaules écrasées de tout le poids de ma jeune vie.Comme toujours, un silence pesant accueille mes pas.  Rien à voir avec la quiétude ou simplement le repos du temps.  Non, ici, le silence a un corps, une vie.  Il palpite, coeur en sursis.Les pièces en enfilade.  La tapisserie, jaunie, s'effiloche aux encoignures et tombe, pensées oubliées.  J'avance.  Le salon.  Le séjour.  La cuisine.  Et l'ultime porte qui me... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:06 - - Commentaires [10] - Permalien [#]
26 novembre 2006

Le vrai réveil (Soleillune)

LE VRAI REVEIL (SOLEILLUNE) Habillée toute en noire avec une touche de couleur rouge pour son sac àmain, elle marche d un pas décidé, ne regardant ni derrière, ni à droite, nià gauche…..Sa démarche fluide et légère l emmène droit devant, juste à temps pourreprendre sa vie en main…Fini les colères, la rancœur, et les chagrins, tous ses sentiments qui luinoircissaient sa vie……elle n en veut plus, c est décidé !Peu importe ce que peuvent penser les autres, peu importe ce que peut penserl Autre…c est fini elle ne regardera plus en... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 10:07 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
26 novembre 2006

Elle et l’autre. (Charlotte)

Elle a son trouillomètre qui dépasse la limite raisonnable.Elle arrache sa plume plantée entre les doigts. Elle l’enferme dans la cave.A clé. Elle ne veut plus écrire, se livrer en pâture. Elle a peur d’êtretondue. Elle a peur de prendre la fièvre, la mort, d’en faire son habitude,son vice, de perdre sa  fortune.Elle se demande si elle ne ferait pas mieux  d’aller  brouter ailleurs  avecses brebis galeuses.Elle  ne sait pas comment rendre sa vie, privée, libre, heureuse.Elle a son inconscience qui la... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:59 - - Commentaires [10] - Permalien [#]