Paroles Plurielles

Voyages dans les mots...chaque jeudi une consigne d'écriture pour les amoureux des mots. En voiture...!

30 octobre 2006

Réflexions (Mado)

Ce train n’arrivera donc jamais ? Quand je pense que nous aurions pu être au chaud a cette heure-ci ! Moi entrain de déguster un cognac, les enfants et Morissette au lit. La paix ! Susannah doit être au travail. Ah ! Susannah ! Si douce, belle, attentive. Jamais un mot plus haut que l’autre, jamais une remarque, un reproche, rien. Juste de l’écoute. C’est elle que j’aurais dû épouser, il y a 15 ans. Si seulement, si seulement je n’avais pas bu ce soir là.Demander Morissette en mariage, sur un coup de tête, car j’étais jaloux de ce... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 12:00 - - Commentaires [10] - Permalien [#]

28 octobre 2006

Souvenir de Montmartre (Béa)

Cette année, en cette veille de congé de Toussaint, j’ai entendu à la radio que les city-trips avaient la cote : Vienne, Paris, Londres, Amsterdam.  Alors, pourquoi uniquement les autres, pourquoi pas nous ? Justement, je suis fatigué, stressé, j’ai besoin de passer un moment avec ceux que j’aime…  pas trop loin…  j’entre dans une agence de voyage, il y a une promo pour Paris…  je ne réfléchis pas, j’achète…  à nous ces quelques jours de détente ! Je veux leur faire la surprise. Sans rien dire à... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:02 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
28 octobre 2006

Viva la libertad ( Littlesun)

Mon beau-frère avait disparu depuis deux jours, ce fut le signal. Il fallait partir je n’avais plus le choix. C’était la mort pour moi et ma famille. J’avais milité sans relâche, rédigé des tracts , organisé des réunions interdites , écrit des articles contre ce régime qui nous envoyait directement dans une dictature , l’oppression et la suprématie du capitalisme. Aujourd’hui, je n’étais plus le seul en danger, ma famille aussi avait reçu des menaces. La situation était devenue trop difficile et inquiétante. Ici, tout était perdu... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 18:00 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
28 octobre 2006

J’ai l’air de qui ? (Charlotte)

J’ai du mal à y croireC’est pas moi, ce joufflu à cuisses de boulimique ,à air boudeur et ingrat.C’est pas moi, ce m’as-tu vu, aux yeux vides de vache,  je vois toujours,sans prothèse, droit et clair devant moi .C’est pas ma mère, la grosse aux seins pointus, à air bourré et insolant .Jela connais et je l’aime depuis 7 ans.C’est pas mon père, cet homme à moustaches et manteau démesurément long etgrand. Je le connais et il ne l’aime pas depuis très longtemps. Je medemande pourquoi.Quant à l’enfant cachée derrière ses jambes, je ne... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:02 - - Commentaires [13] - Permalien [#]
28 octobre 2006

Au moins ça c’est une bonne œuvre ! ( Largo )

Non, mais vous avez vu notre reflet dans la vitrine ! De vrais péquenauds ! Les Duraton attendent l’autobus vicinal, les valises en carton à leurs pieds. Et ce con d’Albert me tourne le dos ! Il prend des airs suffisants. Nous en sommes là parce qu’il roule toujours jusqu’à la panne avant d’envisager de faire l’entretien de sa guimbarde. Monsieur va nous imposer cette épave jusqu’à son dernier souffle. Enfin, s’il lui survit, car un cœur d’obèse ça trinque. La bouffe est le seul luxe des minables. Que c'est petit ! Petit comme son... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:00 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
27 octobre 2006

dernière nouvelle !

Coumarine a un souci de connexion. elle s'en occupe mais elle est pour le moment incapable d'accéder au net et donc de commenter les textes parus ce jour. Pas capable non plus de savoir si elle pourra poser les prochains textes qu'elle a reçu sur sa boite mail... je vous envoie ce petit mot de mon boulot. alors laissez-moi le temps de rentrer, et je me charge de poser les commentaires ! :))) pour ce qui est des textes, si le probleme dure, on organisera une solution de rechange :) voilà !
Posté par patitouille à 17:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

27 octobre 2006

C’est pas des farces (Oncle Dan)

Je rappelle à celles et ceux qui ne conserveraient pas un souvenir précis de cet événement qui a défrayé la chronique familiale en 1927, que cette année là, mes parents ont quitté leur terre natale, la France, pour s'installer à Montréal P.Q. Par un petit matin calme d'un automne particulièrement pluvieux, alors que les derniers rayons de lune faisaient briller les pavés luisants des quais du Havre, ils embarquèrent avec l'imprescriptible intention de faire fortune, toutes affaires cessantes. C’est ainsi que nous fûmes... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:02 - Commentaires [10] - Permalien [#]
27 octobre 2006

L'oiseau blanc (Pluto)

« … Il a eu assez de graines, et  puis il a de l'eau. Julie doit passer le voir, elle est un peu jalouse, mais rien qu'un petit peu, heureusement, c'est pas comme Charlotte, je lui aurais jamais demandé. Julie, elle trouvera les colis, c'est Léopold, le facteur qui les mettra … Il est un peu bête ! … Faudra que je fasse des paquets pas trop lourds et qui puissent entrer dans la boîte de la poste à Deauville, mon grand frère y veut bien m'aider, des fois il est gentil. Mais je suis pas sûr de Léopold : il est un peu bête ! Je... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 17:00 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
27 octobre 2006

En route pour une nouvelle vie (Fleur)

Il va arrêter de regarder Mona comme ça ce douanier ! Je lui avait dit de se couvrir plus ! 10 minutes qu'il lui parle les yeux fourrés dans son décolleté ! Elle ne m'a encore une fois pas écouté. En tout cas ce ne doit pas être un rigolo. On dirait qu'il va la faire pleurer. Mr. Smith m'avait dit "Mon p'tit Marple si vous voulez vous intégrer dans votre nouveau pays, il faudra faire comme eux ... hum ... Ca ne va pas être facile, z'êtes pas une lumière, vous !" Je suis bien content de ne plus jamais le voir celui là... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:02 - - Commentaires [9] - Permalien [#]
27 octobre 2006

Premier baiser (Farfalino)

"Je l'aime". Cette certitude s'est imposée lentement et sereinement sur le trajet de la ferme de l'oncle à la gare. Elle ressentait encore la pression de ses douces lèvres sur les siennes. Elle ne voyait que ses yeux verts, son sourire, ses cheveux d'or, les autres n'existaient plus. Son cœur débordait d’une joie qu’elle aurait voulu chanter, crier, rire, hurler, … Mais cela ne se faisait pas, on était bien élevé chez les Pritchard. Nous voilà prêt pour retourner chez nous. Nous avons nos habits du dimanche. Mon... [Lire la suite]
Posté par Coumarine à 09:00 - - Commentaires [5] - Permalien [#]